Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Celtes dans l'antiquité / légendes / Aengus et la jeune fille cygne
Retour
Encyclopédie Celtique

Aengus et la jeune fille cygne

Un jour, Aengus (voir rubrique divinités/Nuada et Mac Oc) tombe amoureux d'une jolie jeune fille, la même que celle qui hante ses rêves depuis longtemps. Avec l'aide de son père, il cherche son nom, et finit par découvrir que c'est la fille d'Ethal Anbual, un prince de l'Autre Monde de Connacht, et qu'elle se prénomme Caer. Le Dagda et Aengus partent alors dans leurs chars pour aller demander la main de cette jeune beauté. A leur arrivée, Ethal leur annonce que Caer est plus puissante qu'Aengus, et que celui-ci devra la conquérir sans aucune aide. Toutefois, Ethal est contraint de révéler que sa fille vit en alternance une année sous la forme d'une femme et l'autre année sous la forme d'un cygne.

Aengus repart alors, et trouve Caer en cygne près d'un lac. Celle-ci est entourée de nombreux autres cygnes, tous portant une chaîne d'argent. Lors d'une conversation, Caer promet à Aengus de s'unir à lui s'il accepte de la laisser retourner au lac. Ils s'embrassent et s'endorment sous la forme de deux cygnes, et volent ensuite trois fois autour du lac. Ainsi, Aengus tint sa parole, et Caer resta avec lui.

Aislinge Oengusso (Le rêve d'Oengus)

Traduction de C.-J. Guyonvarc'h, dans Textes Mythologiques Irlandais, éd. Ogam-Celticum, Rennes, 1980.

§ 1. Boí Óengus in n-aidchi n-aili inna chotlud. Co n-accae ní, in n-ingin cucci for crunn síuil dó. Is sí as áilldem ro boí i n-Ére. Luid Óengus do gabáil a l-lámae dia tabairt cucci inna imdai. Co n-accae ní; fo-sceinn úad opunn. Nícon fitir cia árluid h-úad. Boí and co arabárach. Nípo slán laiss a menmae. Do-génai galar n-dó in delb ad-condairc cen a h-accaldaim. Nícon luid biad inna béolu. Boí and do aidchi dano aithirriuch. Co n-accae timpán inna láim as bindem boíe. Sennid céol n- dó. Con-tuil friss. Bíid and co arabárach. Nícon ro-proindig dano arabárach.

§ 1. Oengus était une autre nuit dans le sommeil. Il vit quelque chose : une jeune fille venant vers lui au chevet de son lit. C'était la plus belle fille qui fût en Irlande. Oengus allait lui saisir les mains pour la prendre avec lui dans son lit quand il vit quelque chose : elle avait fait un bond loin de lui. Personne ne savait où elle avait disparu. Il fut là jusqu'au matin et il n'avait pas l'esprit sain. La forme qu'il avait vue sans pouvoir lui parler le rendit malade. La nourriture ne lui allait plus dans la bouche. Il fut là encore une nuit et il vit une cymbale dans sa main, la plus belle qui fût. Elle lui joua de la musique et elle l'endormit. Il fut là jusqu'au matin et il ne prit aucun repas le lendemain.

§ 2. Blíadain lán dó os sí occa aithigid fon séol sin condid corastar i sergg. Nícon epert fri nech. F-a-ceird i sergg íarum ocus ní fitir nech cid ro m-boí. Do-ecmalldar legi Érenn. Nícon fetatar-som cid ro m-boí asendud. Ethae co Fíngen, liaig Conchobuir. Do-tét-side cucci. Ad-gninad-som i n-aigid in duini a n-galar no bíth for ocus ad-gninad din dieid no théiged din tig a l-lín no bíth co n-galar and.

§ 2. Une année pleine passa pour lui et pour elle à ces visites de cette manière et il devint amoureux. Il ne dit rien à personne. Il tomba donc en langueur et personne ne savait ce qu'il avait. Les médecins d'Irlande sont assemblés. Ils ne surent pas finalement ce qu'il avait. On alla trouver Fingen, le médecin de Conchobar. Il vint vers lui. Il reconnaissait au visage de l'homme la maladie qui était la sienne et il reconnaissait à la fumée qui sortait d'une maison le nombre de ceux qui étaient malades.

§ 3. Atn-gládastar for leith. "Ate! nítat béodai do imthechta', ol Fíngen, `Sercc écmaise ro carais'. `Ad-rumadar mo galar form', ol Óengus. `Do-rochar i n-dochraidi ocus ní rolámar a epirt fri nech', ol Fíngen. `Is fír deit', ol Óengus. `Do-m-ánaic ingen álaind in chrotha as áilldem i n-Ére co n-écusc derscaigthiu.Timpán inna l-láim, conid senned dam cach n-aidchi.' `Ní báe', ol Fíngen; `do-rogad duit cairdes frie; ocus foítter úait cossin m-Boinn, cot máthair, co tuidich dot accaldaim'.

§ 3. Il lui parla à l'écart : " Eh bien ! Tes aventures ne sont pas heureuses ", dit Fingen, " tu aimes d'amour quelqu'un qui est absent ". " Tu as jugé ma maladie ", dit Oengus. " Tu es tombé dans un état lamentable et tu n'as osé le dire à personne ". " Tu as raison ", dit Oengus, " une belle jeune fille est venue vers moi, de la plus grande beauté qui soit en Irlande, et de l'air le plus distingué. Elle avait une cymbale à la main et elle m'en jouait chaque nuit ". " Il n'importe ", dit Fingen, " il a été choisi par toi d'avoir son amitié. Envoie des messagers de ta part à Boann, ta mère, pour qu'elle vienne te parler ".

§ 4.Tíagair cuicce. Tic iarum in Boann. `Bíu oc frepaid ind fir-se', ol Fíngen, `d-an-ánaic galar n-ainchis'. Ad-fíadot a scéla don Boinn. `Bíd a freccor céill dia máthair', ol Fíngen. `D-an-ánaic galar n-ainchis; ocus timchelltarh-úait Ériu uile, dús in n-étar h-úait ingen in chrotha so ad-condairc do macc'. Bíid oc suidiu co cenn m-blíadnae. Nícon frith ní ba chosmail di. Is iar sin con-gairther Fíngen doib aithirriuch. `Nícon frith cobair isindísiu', ol Boann. As-bert Fíngen: `Foítter cossin n-Dagdae tuidecht do accaldaim a maicc'.

§ 4. On alla la trouver. La Boann vint alors. " Je suis en train de guérir cet homme ", dit Fingen, " qui est atteint d'une grave maladie ". Ils dirent les nouvelles à Boann. " Que sa mère s'occupe de lui ", dit Fingen, " il est atteint d'une grave maladie, qu'il soit fait par toi un tour de toute l'Irlande pour savoir si tu peux obtenir une jeune fille de l'apparence de celle qu'a vue ton fils ". On continua à chercher pendant un an. Il ne fut rien trouvé qui lui ressemblât. Fingen fut alors appelé à nouveau vers eux. " Il n'a été trouvé aucune aide en cette affaire ", dit Boann. Fingen dit : " Envoyez chercher le Dagda pour qu'il vienne parler à son fils ".

§ 5. Tíagair cossin n-Dagdae. Ticc-side aithirriuch. `Cid diandom-chomgrad-' `Do airli do maicc', ol in Boann. `Is ferr duit a chobair. Is liach a dul immudu. At-tá i siurgg. Ro car seircc écmaise ocus ní roachar a chobair'. `Cia torbae mo accaldam-' ol in Dagdae. `Ní móo mo éolas in- dáthe-si'. `Móo écin', ol Fíngen. `Is tú rí síde n-Érenn; ocus tíagar úaib co Bodb, ríg síde Muman, ocus is deilm a éolas la h-Érinn n-uili'.

§ 5. On alla chez le Dagda. Il vint aussi. " Pourquoi ai-je été appelé ? ". " Pour conseiller ton fils ", dit Boann. " Il vaut mieux que ce soit toi qui l'aides. il est lamentable qu'il périsse. Il est en langueur. Il aime d'amour quelqu'un qui est absent et on ne trouve pas d'aide pour lui ". " A quoi servira-t-il que je lui parle ? ", dit le Dagda, " je n'en sais pas plus long que toi ". " Tu en sais plus, certainement ", dit Fingen, " car tu es le roi des side d'Irlande. Que l'on aille de ta part trouver Bodb, roi du Sid de Munster, car sa science est réputée à travers toute l'Irlande ".

§ 6. Ethae co suide. Feraid-side fáilti friu. `Fo chen dúib', ol Bodb, `a muinter in Dagdai'. `Is ed do-roachtmar'. `Scéla lib-' ol Bodb. `Atáat linni : Óengus macc in Dagdai i siurgg dá blíadnae'. `Cid táas-' ol Bodb. `Ad-condairc ingin inna chotlud. Nícon fetammar i n-Ére cia h-airm i tá ind ingen ro char ocus ad-condairc. Timmarnad duit ón Dagdae co comtastar h-úait fond Érinn ingen in chrotha-sa ocus ind écuisc'. `Con-díastar' ol Bodb, `ocus étar dál blíadnae friumm co fessur fis scél'.

§ 6. On alla le trouver. Il leur souhaita la bienvenue. " Soyez les bienvenus ", dit Bodb, " ô gens du Dagda ". " C'est pour cela que nous sommes venus ". " Avez-vous des nouvelles ? ", dit Bodb. " Nous en avons : Oengus, fils du Dagda, est malade depuis deux ans ". " Qu'a-t-il ? ", dit Bodb. " Il a vu une jeune fille pendant son sommeil. Nous ne savons pas où se trouve en Irlande la jeune fille qu'il a aimée et qu'il a vue. Il t'est demandé de la part du Dagda de rechercher en Irlande une jeune fille de cette apparence et de cette distinction ". " Elle sera recherchée ", dit Bodb, " mais laissez-moi un délai d'un an avant que je sache des nouvelles ".

§ 7. Do-lluid cinn blíadnae co tech m-Buidb co Síd Ar Femen. `To-imchiullus Érinn n-uili co fuar in n-ingen oc Loch Bél Dracon oc Crottaib Cliach', ol Bodb. Tíagair úaidib dochum in Dagdai. Ferthair fáilte friu. `Scéla lib-' ol in Dagdae. `Scéla maithi; fo-fríth ind ingen in chrotha-so as-rubartaid.' Timmarnad duit ó Bodb. Táet ass Óengus linni a dochum dús in n-aithgne in n-ingin, conda accathar. Brethae Óengus i carput co m-boí oc Síd Al Femen. Fled mór lassin ríg ara ciunn. Ferthae fáilte friss. Bátar trí láa ocus teora aidchi ocond fleid. `Tair ass trá', ol Bodb, `dús in n-aithgne in n-ingin conda aiccther'. `Ci ad-da-gnoe, ní-s cumcaim-si a tabairt acht ad-n-da-cether namá.'

§ 7. On alla au bout d'un an chez Bodb, au Sid de Femen . " J'ai exploré toute l'Irlande et j'ai trouvé la jeune fille à Loch Bel Dracon, à la harpe de Cliach ", dit Bodb. On alla de leur part trouver le Dagda. On leur souhaita la bienvenue. " Avez-vous des nouvelles ? ", dit le Dagda. " Nous avons de bonnes nouvelles. La jeune fille de l'apparence que tu as dite a été trouvée. On te mande de la part de Bodb. Que Oengus vienne avec nous vers lui pour qu'il reconnaisse la jeune fille et qu'il puisse la voir ". On emmena Oengus en char jusqu'au Sid de Femen. Un grand festin fut organisé par le roi à cause de lui. On lui souhaita la bienvenue. Ils furent trois jours et trois nuits à ce festin. " Sortons maintenant ", dit Bodb, " pour reconnaître la jeune fille, et pour que vous la voyiez. Mais même si tu peux la reconnaître, je ne suis pas capable de la donner, tu ne peux que la voir ".

§ 8. To-lotar íarum co m-bátar oc Loch. Co n-accatar inna tri cóecta ingen macdacht. Co n-accatar in n-ingin n-etarru. Ní tacmuictis inna h-ingena dí acht coticci a gualainn. Slabrad airgdide eter cach dí ingin. Muince airgdide imma brágait fadisin ocus slabrad di ór forloiscthiu. Is and as-bert Bodb: `In n-aithgén in n-ingen n-ucut-' `Aithgén écin', ol Óengus. `Ní-m thá-sa cumacc deit', ol Bodb, `bas móo'. `Ní báe són', ol Óengus, `ém; óre as sí ad-condarc; ní cumcub a breith in fecht-so.' `Cuich ind ingen-sa, a Buidb-' ol Óengus. `Ro-fetar écin', ol in Bodb, `Caer Ibormeith, ingen Ethail Anbuail a s-Síd Úamain i crích Connacht'.

§ 8. Ils partirent alors pour le lac et ils virent les cent cinquante jeunes filles adultes. Ils virent la jeune fille parmi elles. Les jeunes filles ne lui arrivaient qu'à l'épaule. Il y avait une chaîne d'argent entre chaque couple de jeunes filles. Elles avaient un collier d'argent autour du cou et une chaîne d'or fin. Bodb dit alors : " Reconnais-tu la fille là-bas ? ". " Je la reconnais vraiment ", dit Oengus. " Je ne puis rien faire de plus pour toi ", dit Bodb. " Peu importe ", dit Oengus, " puisque c'est celle que j'ai vue et que je ne pourrai pas l'emmener cette fois-ci. Qui est cette jeune fille, ô Bodb ? ", dit Oengus. " Je le sais en effet ", dit Bodb, " c'est Caer Ibormaith, fille d'Ethal Anbual, du Sid de Uaman, dans la province de Connaught ".

§ 9. Do-comlat ass íarum Óengus ocus a muinter dochum a críche. Téit Bodb laiss co n-árlastar in n-Dagdae ocus in m-Boinn oc Bruig Maicc ind Óicc. Ad-fíadat a scéla doib ad-fídatar doib amail m-boíe eter cruth ocus écoscc amail ad-condarcatar. Ocus ad-fídatar a h-ainm ocus ainm a h-athar ocus a senathar. `Ní ségdae dúnn', ol in Dagdae, `ná cumcem do socht'. `Aní bad maith duit, a Dagdai', ol Bodb. `Eircc dochum n-Ailella ocus Medbae ar is leo bíid inna cóiciud ind ingen'.

§ 9. Oengus et ses gens partirent alors pour leur pays. Bodb vint avec lui et ils s'adressèrent au Dagda et à Boann dans le Brug du Mac Oc. Ils leur racontèrent les nouvelles et ils leur relatèrent comment était la jeune fille, tant pour la beauté que pour la distinction, telle qu'ils l'avaient vue. Ils dirent son nom, le nom de son père et de son grand-père. " Nous regrettons ", dit le Dagda, " nous ne pouvons ". " Ce qui serait bon pour toi, ô Dagda ", dit Bodb, " ce serait que tu ailles trouver Ailill et Medb, car c'est chez eux, dans leur province, qu'est la jeune fille ".

§ 10. Téit in Dagdae co m-boí i tírib Connacht, trí fichit carpat a lín. Ferthae fáilte friu lassin ríg ocus in rígnai. Bátar sechtmain láin oc fledugud íar sin im chormann doib. `Cid immu-b-rácht-' ol in rí. `At-tá ingen lat-su it ferunn', ol in Dagdae, `ocus ro-s car mo macc-sa, ocus do-rónad galar dó. Do-dechad-sa cuccuib dús in-da-tartaid don macc'. `Cuich-' ol Ailill. `Ingen Ethail Anbuail'. `Ní linni a cumacc', ol Ailill ocus Medb. `Dia cuimsimmis do-bérthae dó'. `Ani for-maith -congairther rí in t-síde cuccuib', ol in Dagdae.

§ 10. Le Dagda alla dans le pays de Connaught, avec une escorte au nombre de soixante chars. La bienvenue leur fut souhaitée par le roi et la reine. Puis ils furent une semaine entière à festoyer autour des bières qu'on leur servait. " Qu'est-ce qui vous amène ? ", dit le roi. " Il y a dans ton domaine ", dit le Dagda, " une jeune fille que mon fils aime et qui est cause de chagrin pour lui. Je suis venu vers vous pour savoir si elle peut être donnée à mon fils ". " Qui est-ce ? ", dit Ailill. " La fille d'Ethal Anbual ". " Nous n'avons aucun pouvoir sur elle ", dirent Ailill et Medb, " si nous le pouvions, elle lui serait donnée ". " Le mieux à faire, c'est que vous convoquiez le roi du sid ", dit le Dagda.

§ 11. Téit rechtaire Ailella cucci. `Timmarnad duit ó Ailill ocus Meidb dul dia n-accaldaim'. `Ní reg-sa', ol sé. `Ní tibér mo ingin do macc in Dagdai'. Fásagar co h-Ailill anísin. `Ní étar fair a thuidecht; ro-fitir aní dia con-garar'. `Ní báe', ol Ailill, `do-rega-som ocus do-bértar cenna a laech laiss'. Íar sin cot-éirig teglach n-Ailella ocus muinter in Dagdai dochum in t-síde. Inrethat a síd n-uile. Do-sm-berat trí fichtea cenn ass ocus in ríg co m-boí i Crúachnaib i n-ergabáil.

§ 11. L'intendant d'Ailill alla le trouver. " On te mande de la part d'Ailill et de Medb de venir t'entretenir avec eux ". " Je n'irai pas ", dit-il, " et je ne donnerai pas ma fille au fils du Dagda ". On rapporta cela à Ailill. " On ne peut pas obtenir qu'il vienne ; il sait pourquoi il est appelé ". " Il m'importe ", dit Ailill, " il viendra et on apportera les têtes de ses guerriers en même temps que lui ". Puis l'escorte d'Ailill et les gens du Dagda se dirigèrent vers le sid. Ils envahirent tout le sid. On en emporta soixante têtes et le roi fut emmené prisonnier à Cruachan.

§ 12. Is íarum as-bert Ailill fri h-Ethal n-Anbuail: `tabair do ingin do macc in Dagdai'. `Ni cumcaim', ol sé. `Is móo a cumachtae in- dó'. `Ced cumachtae mór fil lee-' ol Ailill. `Ní anse; bíid i n-deilb éuin cach la blíadnai, in m-blíadnai n-aili i n-deilb duini'. `Ci-ssí blíadain m-bís i n-deilb éuin-' ol Ailill. `Ní lemm-sa a mrath', ol a h-athair. `Do chenn dít', ol Ailill, `mani-n-écis-ni'. `Níba sia cucci dam-sa', ol sé. `At-bérsa', ol sé; is lérithir sin ro-n gabsaid occai. `In t-samuin-se as nessam bieid i n-deilb éuin oc Loch Bél Dracon, ocus ad-cichsiter sain-éuin lee and, ocus bieit trí cóecait géise n-impe; ocus at-tá aurgnam lemm-sa doib'. `Ni báe lemm-sa iarum,' ol in Dagdae, `óre ro-fetar a h-aicned do-s-uc-so'.

§ 12. Ailill dit alors à Ethal Anbuail : " Donne ta fille au fils du Dagda ". " Je ne le peux pas ", dit-il, " son pouvoir est plus grand que le mien ". " Quel grand pouvoir a-t-elle donc ? ", dit Ailill. " Ce n'est pas difficile. Elle est sous la forme d'un oiseau pendant un an ; elle est pendant une autre année sous la forme humaine ". " En quelle année est-elle sous forme d'oiseau ? ", dit Ailill. " Ce n'est pas à moi de la trahir ", dit son père. " Ta tête ", dit Ailill, " si tu ne nous le dis pas ". " Je ne persiste pas plus longtemps ", dit-il, " et je vais vous le dire, car vous avez l'air si décidés à la prendre ; : à la Samain prochaine elle sera sous forme d'oiseau à Loch Bel Dracon. On verra une troupe d'oiseaux merveilleux en même temps qu'elle, et il y aura cent cinquante cygnes autour d'eux. Je me prépare à être avec eux ". " Cela n'a aucune importance pour moi ", dit le Dagda, " puisque je sais sous quelle nature je les ai mises ".

§ 13. Do-gníther íarum cairdes leu .i. Ailill ocus Ethal ocus in Dagdae ocus soírthair Ethal ass. Celebraid in Dagdae doib. Ticc in Dagdae dia thig ocus ad-fét a scéla dia macc. `Eirc immon samuin as nessam co Loch Bél Dracon con-da-garae cuccut dind loch'. Téit in Macc Óc co m-boí oc Loch Bél Dracon. Co n-accae trí cóecta én find forsind loch cona slabradaib airgdidib co caírchesaib órdaib imma cenna. Boí Óengus i n-deilb doínachta for brú ind locha. Con-gair in n-ingin cucci. `Tair dom accaldaim, a Chaer'. `Cia do-m-gair-' ol Caer. `Cotot-gair Óengus'. `Regait diandom fhoíme ar th' inchaib co tís a l-loch mofhrithisi.' `Fo-t-sisiur', ol sé.

§ 13. La paix fut conclue entre eux, à savoir Ailill, Ethal et le Dagda. On libéra Ethal. Le Dagda en prit congé et retourna chez lui dire des nouvelles à son fils. " Va à la prochaine Samain au Loch Bel Dracon de façon à l'appeler à toi sur le lac ". Le Mac Oc vint au Loch Bel Dracon et il vit cent cinquante oiseaux blancs sur le lac, avec des chaînes d'argent et des boucles d'or autour de leurs têtes. Oengus était sous forme humaine au bord du lac. Il appela à lui la jeune fille. " Viens me parler, ô Caer ". " Qui m'appelle ? ", dit Caer. " C'est Oengus qui t'appelle ". " J'irai si tu me promets sur ton honneur que je reviendrai dans le lac demain ". " Je me charge de ta protection ", dit-il.

§ 14. Téiti cucci. Fo-ceird-sium dí láim forrae. Con-tuilet i n-deilb dá géise co timchellsat a l-loch fo thrí conná bed ní bad meth n-enech dó-som. To-comlat ass i n-deilb dá én find co m-batar ocin Bruig Maicc in Óicc, ocus chechnatar cocetal cíuil co corastar inna dóini i súan trí láa ocus teora n-aidche. Anais laiss ind ingen íar sin.

§ 14. Il alla à elle. Il tendit les deux bras vers elle. Ils dormirent sous la forme de deux cygnes et ils firent par trois fois le tour du lac. Il n'y eut et il n'y aura là rien qui lui fasse perdre son honneur. Ils partirent sous la forme de deux oiseaux blancs et ils allèrent au Brug du Mac Oc. Ils chantèrent ensemble de la musique et ils plongèrent les hommes dans le sommeil pendant trois jours et trois nuits. Puis la jeune fille demeura avec lui.

§ 15. Is de sin ro boí cairdes in Maicc Óic ocus Ailella ocus Medbae. Is de sin do-cuaid Óengus, tricha cét, co Ailill ocus Meidb do tháin inna m-bó a Cúailnge. Conid `De Aislingiu Óenguso maicc in Dagdai' ainm in scéuil sin isin Táin Bó Cúailnge. Finit.

§ 15. C'est à cause de cela qu'il y eut amitié entre le Mac Oc, Ailill et Medb. C'est pour cela que Oengus vint avec sa - trente-centaines - chez Ailill et Medb pour la razzia des vaches de Cooley. Et c'est le rêve d'Oengus, fils du Dagda, que le nom de cette histoire dans la razzia des vaches de Cooley.


Sources:
  • Ch.-J. Guyonvarc'h, Textes mythologiques irlandais, Ogam - Celticum, 1980
  • Fergus Bodu pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Ailill mac Mata [ personnages de la mythologie irlandaise (de Abba à Athcosan) ]
    Boand [ Les divinités irlandaises ]
    Bodb [ Les divinités irlandaises ]
    Conchobar mac Nessa [ personnages de la mythologie irlandaise (de Caelbad à Cuscraid) ]
    cygne [ symbolisme des animaux ]
    Dagda [ Les divinités irlandaises ]
    Ethal Anbual [ personnages de la mythologie irlandaise (de Eang à Eua) ]
    Fingen (druide) [ personnages de la mythologie irlandaise (de Fachtna à Furbaide) ]
    Mac Oc [ Les divinités irlandaises ]
    Medb (reine du Connaught) [ personnages de la mythologie irlandaise (de Mac an Daimh à Mulcha) ]
    Nuada Airgetlam [ Les divinités irlandaises ]
    Oengus [ Les divinités irlandaises ]
    razzia des vaches de Cooley (La) [ Les textes mythologiques irlandais ]
    rêve d'Oengus (Le) [ Les textes mythologiques irlandais ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurlégendes (Les)
    Vers la fiche suivantecombat de Pollux et du roi Amycus (Le)
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page Celtes dans l



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2019 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)