Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact



Annonces


Gaule
Orient
Express




Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Celtes dans l'Histoire / Celtes des régions danubiennes, des Balkans et de Thrace / Bastarnes arrivent en Thrace à l'appel de Philippe V de Macédoine [-179]
Retour
Encyclopédie Celtique

Les Bastarnes arrivent en Thrace à l'appel de Philippe V de Macédoine [-179]

Après une longue période de relations apaisées entre Rome et la Macédoine, la fin du règne de Philippe V de Macédoine fut marqué par un revirement de situation. Le royaume de Macédoine était sorti très affaibli de la seconde guerre de Macédoine et était menacé par les Dardaniens. Le roi Philippe V décida de faire venir une peuplade outre-danubienne, les Bastarnes, afin que ceux-ci exterminent les Dardaniens et s'installent sur leur territoire. A terme, il espérait que les Bastarnes, une fois installés, et après avoir négocié avec les Scordisques pourraient utiliser la Dardanie comme base arrière pour déferler sur l'Italie. Après de longues négociations, en 179 av. J.-C., les Bastarnes dirigés par Cottus acceptèrent la proposition macédonienne, traversèrent le Danube et pénétrèrent en Thrace. Là, arrivés dans le voisinage d'Amphipolis (Macédoine orientale) ils apprirent la mort du roi Philippe V et se trouvèrent alors dans la plus complète incertitude. Les accords passés avec les autorités macédoniennes étaient-ils toujours en vigueur ?

Tite-Live, Histoire Romaine, XL, 57, : "Persée parut donc à l'improviste avant que le secret eût transpiré, et s'empara du trône dont il s'était ouvert l'accès par un crime. La mort de Philippe arriva fort à propos pour les Romains; elle suspendit ses préparatifs et leur permit de rassembler leurs forces. Peu de jours après, les Bastarnes, que Philippe sollicitait depuis longtemps, quittèrent leurs foyers, et réunis en un corps nombreux d'infanterie et de cavalerie, ils traversèrent le Danube. Antigone et Cotto prirent les devants pour annoncer au roi leur arrivée. Ce dernier était un noble Bastarne, et Antigone avait été envoyé avec lui, malgré sa répugnance, pour soulever les Bastarnes. Non loin d'Amphipolis ils apprirent vaguement d'abord, puis par des courriers qui vinrent à leur rencontre, que Philippe n'existait plus. Cette nouvelle détruisit leur plan. Il avait été réglé que le roi livrerait un libre passage aux Bastarnes par la Thrace et leur fournirait des vivres. Pour atteindre ce but, il avait gagné par des présents les principaux du pays, leur avait engagé sa parole que les Bastarnes ne commettraient aucun acte d'hostilité. L'intention de Philippe était d'exterminer les Dardaniens et d'établir les Bastarnes sur leur territoire. Il y trouvait un double avantage: d'abord il se débarrassait d'une nation qui avait été de tout temps ennemie des Macédoniens et qui avait toujours cherché à profiter des revers de leurs rois; d'un autre côté, il pourrait engager les Bastarnes à laisser leurs femmes et leurs enfants en Dardanie pour aller dévaster l'Italie. "Par le pays des Scordisques, pensait-il, on arrivait à la mer Adriatique et à l'Italie: c'était la seule route praticable pour une armée. Les Scordisques livreraient facilement passage aux Bastarnes qui avaient à peu près le même langage et les mêmes coutumes; ils se joindraient même volontiers à eux, lorsqu'ils les verraient marcher au pillage d'une si riche contrée." Philippe s'arrangeait des chances favorables à tout événement. Si les Bastarnes étaient anéantis par les Romains, il aurait toujours la consolation d'être débarrassé des Dardaniens, de s'enrichir des dépouilles des Bastarnes et de rester paisible possesseur de la Dardanie. S'ils réussissaient au contraire, il profiterait de la diversion opérée par leurs armes pour reprendre en Grèce tout ce qu'il avait perdu. Tels étaient les calculs de Philippe."

Tite-Live, Histoire Romaine, XL, 57, : "Les Bastarnes entrèrent donc en Thrace et s'avancèrent pacifiquement sur la foi d'Antigone et de Cotto. Mais à peine la mort de Philippe fut-elle connue que les Thraces se montrèrent exigeants dans les trafics; les Bastarnes de leur côté ne furent pas contents de leurs achats, et il devint difficile de leur faire garder leurs rangs et de les empêcher de s'écarter. De là des injures réciproques, qui se multiplièrent de jour en jour et amenèrent enfin une rupture ouverte. Les Thraces, ne pouvant résister au grand nombre ni à la puissance des ennemis, abandonnèrent leurs bourgs de la plaine et se réfugièrent sur une montagne très élevée, nommée Donuca. Les Bastarnes voulurent les y forcer, mais lorsqu'ils approchaient de la cime, un ouragan, semblable à celui qui avait, dit-on, anéanti les Gaulois près du temple de Delphes, fit échouer leur entreprise. La pluie tomba par torrents, une grêle épaisse battit leurs visages, et leurs yeux furent éblouis par les éclairs qui ne cessaient de briller, accompagnés de violents coups de tonnerre. De tous côtés ils se virent menacés par les éclats de la foudre, qui semblait s'attacher à leurs corps, et les chefs comme les simples soldats tombèrent frappés à mort. Ils s'élancèrent donc en fuyant à travers les rocs escarpés; éperdus, égarés et poursuivis par les Thraces, ils attribuèrent leur déroute aux dieux mêmes et s'imaginèrent que le ciel allait fondre sur eux. Dispersés par cet ouragan, ils regagnèrent leur camp, sans armes pour la plupart, et comme s'ils venaient d'échapper à un naufrage. Là ils délibérèrent sur le parti qu'il y avait à prendre; les avis furent partagés: les uns voulaient qu'on retournât en arrière, les autres qu'on pénétrât en Dardanie. Trente mille environ partirent sous la conduite de Clondicus et parvinrent jusqu'à ce pays. Le reste de la nation repassa le Danube et regagna ses demeures primitives. Persée, à peine maître du trône, fit mettre à mort Antigone, et pour se donner le temps d'affermir sa puissance, il envoya une ambassade à Rome renouveler l'alliance contractée avec son père et demander au sénat qu'on lui accordât le titre de roi. Tels furent les événements qui eurent lieu cette année en Macédoine."


Sources:
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Bastarnes [ Les autres peuples celtes d'Europe ]
    Cottus (Bastarnes) [ Les personnages historiques ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurCeltes des régions danubiennes, des Balkans et de Thrace (Les)
    Vers la fiche suivanteBastarnes se scindent en deux groupes [-179] (les)
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page Celtes dans l



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2020 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)