Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Guerre romano-gauloise [-226:-222] / Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] / bataille de Clastidium [-222]
Retour
Encyclopédie Celtique

La bataille de Clastidium [-222]

Profitant de l'hiver, les Insubres fortifient leurs villes, et font appel à Viridomarus, qui vient avec 30.000 Gésates. Les beaux jours venus, les Romains franchissent le Pô, et viennent faire le siège d'Acerrae. Les Insubres sont surpris par la manoeuvre, et n'arrivent pas à déloger les Romains. Viridomarus tentent de faire une diversion avec 10.000 Gésates, en allant assièger Clastidium (Casteggio), oppidum principal des Anares, qui était depuis peu une garnison romaine, et l'investit. Marcellus laisse Scipion en face d'Acerrae, et se porte avec la cavalerie et 600 fantassins à Clastidium. Les Gésates voyant le faible effectif de l'infanterie romaine, tentent de l'encercler, Viridomaros reconnaissant le Consul Marcellus, le défia en combat singulier, mais il fut vaincu et tué. La cavalerie romaine charge les Gésates, et après une longue lutte remporte la victoire. Les Gésates laissent de nombreux morts sur le terrain. Marcellus retourne à Acerrae qui tombe, et se porte ensuite sur Mediolanum (Milan).

Plutarque, Vie de Marcellus, 6/7: "Lors donc que Flaminius et son collègue se furent démis de leur charge, ceux qu'on appelle interrois proclamèrent Marcellus consul, et celui-ci, entré en charge, proclama à son tour Cnaeus Cornelius comme son collègue. On a dit qu'alors les Gaulois avaient proposé à plusieurs reprises un accord et que le sénat délibérait sur la paix, mais que Marcellus excitait le peuple à la guerre. Cependant, même si la paix avait été conclue, il paraît que les Gésates auraient repris les hostilités. Ils franchirent les Alpes et entraînèrent les Insubres. Ceux-ci se joignirent à eux, au nombre de trente mille combattants, tandis qu'eux-mêmes en avaient bien davantage, et, pleins de confiance, ils marchèrent aussitôt sur Acerrae, ville située au delà du Pô. De là, le roi des Gésates Britomarus, prenant avec lui dix mille hommes, se mit à ravager les campagnes voisines du Pô. A cette nouvelle, Marcellus, laissant son collègue devant Acerrae avec toute l'infanterie lourde et un tiers de la cavalerie, et prenant avec lui le reste de la cavalerie et environ six cents hommes d'infanterie légère, se mit en marche et, sans s'arrêter ni de nuit ni de jour, tomba sur les dix mille Gésates à un endroit nommé Clastidium, bourgade gauloise [Anares], depuis peu soumise aux Romains. Il n'eut pas le temps de reprendre haleine et de faire reposer ses troupes, car les barbares s'aperçurent bientôt de son arrivée, mais ils le méprisèrent, parce qu'il avait avec lui très peu de fantassins et que les Celtes ne font aucun cas de la cavalerie ennemie. En effet, comme ils excellent eux-mêmes dans les combats équestres et se croient surtout par là supérieurs à leurs adversaires, et que, d'autre part, ils surpassaient de beaucoup Marcellus par le nombre en cette occasion, ils s'élancèrent sur lui avec une grande violence et de terribles menaces dans l'espoir de s'emparer de lui, leur roi chevauchant à leur tête. Mais Marcellus, craignant d'être encerclé s'ils se répandaient autour de sa petite troupe, prévint le danger en déployant ses escadrons en ligne fort étendue et en amincissant son aile, puis il s'avança jusqu'à une petite distance de l'ennemi. Il se disposait déjà à charger, lorsque son cheval, effrayé par les cris sauvages des barbares, fit demi-tour et l'emporta de force en arrière. Il Alors lui, craignant que cet accident ne troublât les Romains superstitieux, le fit vite retourner en tirant la bride et en serrant le mors, et le replaça en face de l'ennemi, puis il adora le soleil, comme si ce n'était pas par hasard, mais en vue de cette prière qu'il avait fait tourner son cheval. En effet, c'est la coutume chez les Romains de faire un tour sur soi-même quand on adore les dieux. Au moment d'en venir aux mains, il fit voeu de consacrer à Jupiter Férétrien les plus belles des armes qu'il prendrait aux ennemis. À ce moment, le roi des Gésates l'ayant aperçu et conjecturant à ses insignes que c'était le chef de l'armée, lança son cheval loin en avant des autres et courut à sa rencontre en le défiant à grands cris et en brandissant sa lance. C'était un homme dont la stature dépassait celle des autres Gaulois et qui se distinguait par l'éclat de son armure éblouissante comme l'éclair et toute resplendissante d'argent, d'or et d'une bigarrure de plusieurs couleurs. Comme Marcellus jetait les yeux sur les rangs ennemis, ces armes-là lui parurent les plus belles, et il en conclut que c'étaient celles qu'il avait vouées au dieu. Alors il s'élança sur l'homme, lui traversa la cuirasse de sa lance et, s'aidant de l'élan de son cheval, le renversa vivant, puis, d'un deuxième et d'un troisième coup, le tua sur-le-champ. Alors, sautant à bas de son cheval, et touchant de ses mains les armes du mort, les yeux levés vers le ciel, il s'écria: « Ô toi, qui regardes les grandes actions et les prouesses des généraux et des chefs dans les guerres et les batailles, Jupiter Férétrien, je te prends à témoin que je suis le troisième Romain qui, en combattant chef contre chef, général contre roi, a terrassé et tué de sa propre main son ennemi, et je te consacre les premières et les plus belles des dépouilles. De ton côté, accorde-nous le même succès pour le reste de la guerre.» Ensuite les cavaliers engagèrent l'action, non pas contre la seule cavalerie ennemie, mais aussi contre les fantassins qui les assaillaient en même temps, et ils remportèrent une victoire d'une nature et d'un genre extraordinaires et merveilleux, car jamais, dit-on, ni avant ni après, un si petit nombre de cavaliers ne battit à la fois tant de cavaliers et de fantassins réunis. Après avoir tué la plupart des ennemis et s'être emparé de leurs armes et de leurs richesses, Marcellus retourna vers son collègue; celui-ci luttait péniblement contre les Celtes devant une ville gauloise, la plus grande et la plus peuplée de toutes, qu'on appelle Mediolanum et que les Gaulois regardent comme la capitale de la Gaule cisalpine; aussi combattaient-ils avec acharnement pour la défendre contre Cornelius qui l'assiégeait. Quand Marcellus survint, les Gésates, apprenant la défaite et la mort de leur roi, se retirèrent. Mediolanum fut pris et les Celtes livrèrent eux-mêmes leurs autres villes et se remirent entièrement à la discrétion des Romains. Ils obtinrent la paix a des conditions modérées."

Polybe, Histoires, II, 6: "L'année suivante les Gaulois envoyèrent demander la paix ; mais les deux consuls, Marcus Claudius et Cn. Cornelius ne jugèrent pas à propos qu'on la leur accordât. Les Gaulois rebutés se disposèrent à faire un dernier effort. Ils allèrent lever à leur solde chez les Gésates, le long du Rhône, environ trente mille hommes qu'ils tinrent en haleine, en attendant que les ennemis vinssent. Au printemps les consuls entrèrent dans le pays des Insubriens, et, s'étant campés proche d'Acerres, ville située entre le Pô et les Alpes, ils y mettent le siège. Comme ils s'étaient les premiers emparés des postes avantageux, les Insubriens ne purent aller au secours ; cependant, pour en faire lever le siège, ils firent passer le Pô à une partie de leur armée, entrèrent dans les terres des Adréens, et assiégèrent Clastidium. À cette nouvelle, Marcus Claudius, à la tête de la cavalerie et d'une partie de l'infanterie, court au secours des assiégés. Sur le bruit que les Romains approchent, les Gaulois laissent là Clastidium, viennent au devant des ennemis et se rangent en bataille. La cavalerie fond sur eux avec impétuosité, ils soutiennent avec fermeté le premier choc ; mais cette cavalerie les ayant ensuite enveloppés et attaqués en queue et en flanc, ils plièrent de toutes parts. Une partie fut culbutée dans la rivière, le plus grand nombre fut passé au fil de l'épée. Les Gaulois qui étaient dans Acerres abandonnèrent la ville aux Romains, et se retirèrent à Milan, qui est la capitale des Insubriens."

Julius Obsequens, Livre des prodiges, XXX : "Sous les consuls C. Quintius Flaminius et P. Furius Philon. [...] La même année, Flaminius combattit contre les Gaulois, et fut vainqueur ; l'année suivante, Claudius Marcellus les défit de nouveau, prit leur roi Viridomare, et s'empara de la très-florissante ville de Mediolanum, après avoir déjà soumis un grand nombre d'autres places de l'Insubrie."


Sources:
V. Kruta, Les Celtes - Histoire et dictionnaire, Laffont, Paris, 2000
H. Hubert, Les Celtes, Albin Michel, Paris, 2001 (1ère édition 1932).
Pierre Crombet pour l'Arbre Celtique

Autres fiches en rapport

Attention
Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


Anares [ Les peuples de Gaule Cisalpine ]
Boïens (Cispadans) [ Les peuples de Gaule Cisalpine ]
Britomaros / Viridomaros [ Les personnages historiques ]
Campagne de Marcus Claudius Marcellus et Cnaeus Cornelius Scipio Calvus contre les Insubres [printemps -222] [ Les Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] ]
Célébration du triomphe de Marcus Claudius Marcellus [-222] [ Les Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] ]
chefs des Insubres se rendent aux Romains [fin -222] (Les) [ Les Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] ]
chute d'Acerrae [-222] (La) [ Les Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] ]
Clastidium (Casteggio) [ villes d'Italie du Nord ]
Fasti Triumphales Capitolini (Fastes triomphaux capitolins) (Les) [ Les Fasti Triumphales (Fastes triomphaux) ]
Gésates (Les) [ Informations diverses sur les peuples celtes ]
Insubres [ Les peuples de Gaule Cisalpine ]
Julius Obsequens [ auteurs antiques et anciens ]
livre des prodiges [Julius Obsequens] (Le) [ ouvrages antiques & anciens ]
prise de Mediolanum [-222] (La) [ Les Romains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] ]
Rhenus (Reno) [ fleuves & rivières (de Ratostabius à Rutuba) ]
Navigation
Vers le niveau supérieurRomains entrent en guerre contre les Insubres [-223:-222] (Les)
Vers la fiche précédenteCampagne de Marcus Claudius Marcellus et Cnaeus Cornelius Scipio Calvus contre les Insubres [printemps -222]
Vers la fiche suivantechute d'Acerrae [-222] (La)
 Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


 Hyper thème:  


Retour à la page Guerre romano-gauloise [-226:-222]



Haut de page


www.arbre-celtique.com
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2018 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)