Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > druidisme dans les textes anciens / classe sacerdotale / classe sacerdotale par Jules César (1)
Retour
Encyclopédie Celtique

La classe sacerdotale par Jules César (1)

  • Jules César: La guerre des Gaules , VI, 13-14 , Trad: Germaine Roussel , 1963 , Paris , 10/18

Dans toute la Gaule, il y a deux espèces de gens qui comptent quelque peu et qui sont honorés. En effet, les gens du peuple sont considérés, pour ainsi dire, comme des esclaves, ils n'osent rien entreprendre d'eux-mêmes, ne sont admis à aucune délibération. La plupart d'entre eux, quand ils sont accablés de dettes, d'impôts énormes, qu'ils sont en butte aux exactions de gens puissants, se vouent au service de nobles. L'une de ces catégories est celle des druides, l'autre, celle des chevaliers. Les premiers s'occupent des choses de la religion, ils veillent à l'observation des rites dans les sacrifices publics et privés, règlent les pratiques religieuses. Un grand nombre d'adolescents vient à eux pour s'instruire et ils sont très honorés. En effet c'est à eux qu'il revient de trancher les contestations entre les États et les particuliers et si quelque crime est commis, s'il y a eu meurtre, s'il y a un différend pour une question d'héritage ou de bornage, ils jugent l'affaire, ils déterminent les indemnités et les amendes.

Tout particulier, tout peuple qui ne s'est pas soumis à leur décision, est exclu des sacrifices. C'est, chez les Gaulois, le châtiment le plus grave. Ceux qui sont ainsi exclus sont mis au nombre des impies et des criminels: tout le monde s'éloigne d'eux, fuit leur abord et leur entretien, de peur d'être souillé par leur contact. Il leur est interdit de demander justice ni de recevoir aucun honneur. Au-dessus de tous les druides, il y en a un qui possède sur eux une très grande autorité. A sa mort, si quelqu'un se distingue particulièrement, il lui succède; si les mérites sont égaux, le principat dépend du suffrage des druides, parfois d'une lutte armée. Les druides, à une date fixe, chaque année, tiennent leurs assises dans le pays des Carnutes qui est considéré comme le centre de la Gaule, en un lieu consacré. C'est là que se rassemblent tous les gens qui ont entre eux des contestations et ils se soumettent à leurs décisions et à leurs jugements. On pense que leur doctrine est née en Bretagne et, actuellement, ceux qui veulent l'étudier plus à fond, vont généralement là-bas pour faire cette étude.

Les druides, habituellement, s'abstiennent d'aller à la guerre; ils ne paient pas d'impôt comme les autres; ils sont exemptés de service militaire et de toute espèce de charge. Attirés par de si grands privilèges, nombre de gens viennent d'eux-mêmes à eux pour s'instruire et nombre d'autres aussi sont envoyés par leurs parents et leurs proches. On dit qu'ils apprennent, par 'cœur, un grand nombre de vers. Aussi y en a-t-il qui restent vingt ans là, pour étudier. Ils pensent qu'il est interdit par la religion de confier leur science à l'écriture, bien que, dans presque tout le reste des affaires, dans les comptes publics et privés, ils se servent de l'alphabet grec. Cet usage oral me paraît voulu pour deux raisons. Ils ne veulent pas voir divulguer leur doctrine ni que leurs élèves, se fiant à l'écriture, cultivent moins leur mémoire: ce qui arrive généralement; lorsqu'on se sert de textes écrits on s'applique moins à apprendre par coeur et on néglige sa mémoire. Le point essentiel de leur doctrine c'est l'immortalité de l'âme. Ils enseignent qu'après la mort elle passe dans d'autres corps. Cette conviction, d'après eux, excite particulièrement au courage, en faisant mépriser la peur de la mort. En outre, ils discutent beaucoup sur les astres, leurs mouvements, la grandeur du monde et celle de la terre, sur la nature des choses, la puissance et le rôle des dieux immortels et ils transmettent ces doctrines à leurs jeunes élèves.


Sources:
  • Patrice Lajoye pour l'Arbre Celtique

  • Patrice LAJOYE, CNRS - Caen
    Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Carnutes [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    classe sacerdotale (La) [ rôles et fonctions ]
    druide (Le) [ La classe sacerdotale ]
    Guerre des Gaules [Jules César] (La) [ ouvrages antiques & anciens ]
    Jules César [ auteurs antiques et anciens ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurclasse sacerdotale (La)
    Vers la fiche précédenteclasse sacerdotale par Hérodien le technicien (La)
    Vers la fiche suivanteclasse sacerdotale par Jules César (2) (La)
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page druidisme dans les textes anciens



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2019 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)