Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact



Annonces


Gaule
Orient
Express




Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > conquête du sud de la Gaule par les Romains [-125:-118] / Romains interviennent en Gaule contre les Allobroges et les Arvernes [-122:-121/-120] / Quintus Fabius Maximus bât les Allobroges, les Arvernes et les Rutènes à la confluence de l'Isère et du Rhône [-121]
Retour
Encyclopédie Celtique

Quintus Fabius Maximus bât les Allobroges, les Arvernes et les Rutènes à la confluence de l'Isère et du Rhône [-121]

Quintus Fabius Maximus bât les Allobroges, les Arvernes et les Rutènes à la confluence de l'Isère et du Rhône (121 av. J.-C.)

Le consul Quintus Fabius Maximus, fraîchement élu (printemps 121 av. J.-C.), vint en Gaule pour appuyer l'offensive lancée par Cneius Domitius Ahenobarbus l'année précédente. Une fois encore, nous ne connaissons rien des détails cette campagne dont l'aboutissement fut une grande bataille livrée près de la confluence de l'Isaros (l'Isère) et du Rhodanos (le Rhône) (Strabon, Géographie, IV, 2, 3 ; Florus, Abrégé d'histoire romaine, III, 3). La coalition arverno-allobroge dirigée par le roi des Arvernes Bituitos comptait près de 180000 combattants selon Orose (Histoires contre les Païens, V, 14), 200000 combattants aux dires de Strabon (Géographie, IV, 1, 6 ; IV, 2, 3), tandis que selon le même auteur, les Romains n'alignèrent que moins de 30000 hommes. Le 8 août 121 av. J.-C. (Pline, Histoire naturelle, VII, 166), les Romains remportèrent cette bataille majeure et les 200000 combattants gaulois furent taillés en pièces selon Strabon (Géographie, IV, 1, 6). De son côté, Orose (Histoires contre les Païens, V, 14) dresse un bilan moins lourd et n'évoque "que" 150000 victimes, 130000 victimes selon Pline (Histoire naturelle, VII, 166) et 120000 victimes selon Tite-Live (Periochae, LXI). Selon Orose, un tel bilan pourrait s'expliquer par le fait que les Gaulois avaient édifié un second pont sur le Rhône, fait de barques assemblées, dont les liens auraient été rompus lors de la retraite des Gaulois. De nombreux soldats seraient morts noyés dans cette catastrophe (Histoires contre les Païens, V, 14).

Comme Cneius Domitius Ahenobarbus le fit à l'issue de la bataille de Vindalium, Quintus Fabius Maximus éleva un trophée orné des armes prises aux Gaulois, à l'emplacement du champs de bataille (Strabon, Géographie, IV, 1, 6 ; Florus, Abrégé d'histoire romaine, III, 3). Strabon (Géographie, IV, 1, 6) va même plus loin, puisqu'il indique que le trophée fut édifié en marbre blanc et qu'à celui-ci fut adjoint deux temples, l'un dédié à Mars, l'autre à Hercule. Après ce grand succès, Quintus Fabius Maximus prit le surnom d'Allobrogicus.

Nous savons grâce à César (Guerre des Gaules, I, 45) qu'il faut ajouter aux Arvernes et aux Allobroges, les Rutènes. En effet, César mentionne une victoire remportée par Quintus Fabius Maximus sur les Arvernes et les Rutènes. S'agît-il de cette même bataille qui vit la défaite de Bituitos ? Nous n'en savons rien, toujours est-il que cette défaite entraîna, pour les Rutènes, l'annexion d'une moitié de leur territoire (Rutenis prouincialibus).

Une très courte mention de cet événement est rapportée par Eusèbe de Césarée (Chroniques, II). Cette allusion laconique est erronée puisqu'elle situe la reddition de Bituitos lors de la 3e année de la 163e olympiade (entre le 21 juin 126 et le 20 juin 125), soit au cours de la 364e année de Rome (entre le 21 avril 126 et le 20 avril 125). La victoire romaine de 121 av. J.-C. est ici confondue avec la campagne menée dans le sud de la Gaule par Marcus Fulvius Flaccus, de 125 av. J.-C.


César, Guerre des Gaules, I, 45 : "Q. Fabius Maximus avait vaincu les Arvernes et les Rutènes, et Rome, leur pardonnant, ne les avait par réduits en province, et ne leur avait pas imposé de tribut. S'il fallait s'en rapporter à la priorité de temps, elle serait pour le peuple romain un juste titre à l'empire de la Gaule ; s'il fallait s'en tenir au décret du sénat, elle devait être libre, puisqu'il avait voulu que, vaincue, elle conservât ses lois."

Eusèbe de Césarée, Chroniques, II : "Olymp. 163, 3, an de R. 627. Arvernes, fameuse ville de la Gallia, est prise ainsi que son roi Vituitus."

Florus, Abrégé d'histoire romaine, III, 3 : "Nous eûmes pour témoins de nos victoires sur ces deux peuples l'Isère, la Sorgues et le Rhône, le plus rapide des fleuves. Rien n'épouvanta plus les Barbares que nos éléphants, dignes adversaires de ces nations farouches. [?] On jugera de la joie extraordinaire qu'excitèrent ces deux victoires quand on saura que Domitius Aenobarbus et Fabius Maximus élevèrent des tours de pierre sur l'emplacement même des champs de bataille et y dressèrent des trophées ornés d'armes ennemies. Cet usage était inconnu de nos ancêtres. Jamais, en effet, le peuple romain n'insulta à la défaite d'un ennemi vaincu."

Orose, Histoires contre les Païens, V, 14 : "L'an 628 depuis la fondation de la Ville, le consul Fabius [Maximus Aemilianus] marcha contre Bituit, le roi du peuple gaulois des Arvernes, qui faisait de grands préparatifs de guerre, avec une armée si petite que Bituit prétendait qu'elle suffirait à peine au repas des chiens qu'il avait dans son armée. Comme Bituit se rendait compte que l'unique pont sur le Rhône ne suffirait pas à faire traverser ses troupes, il en fit faire un autre, en assemblant des barques, retenues par des chaînes et couvertes de planches clouées. Le combat engagé, et mené longtemps avec violence, les Gaulois vaincus et en fuite, dans le moment où chacun craint pour lui-même, rompirent les liens du pont dans l'entassement irréfléchi des colonnes et la précipitation de la traversée ; bientôt ils sont engloutis avec les barques. On rapporte qu'il y avait cent quatre vingt mille soldats dans l'armée de Bituit, dont cent cinquante mille furent tués ou noyés."

Pline, Histoire naturelle, VII, 166 : "Q. Fabius Maximus, consul (an de Rome 633), ayant combattu auprès de l'Isère contre les Allobroges et les Arvernes le 6 des ides d'août (8 août), et ayant tué à l'ennemi 130.000 hommes , fut délivré d'une fièvre quarte sur le champ de bataille."

Strabon, Géographie, IV, 1, 6 : "En général, le pays n'offre que plaines et beaux pâturages, mais, pour aller d'Aeria à [Luerion], il faut franchir encore dans la montagne plusieurs défilés étroits et obstrués par des bois. Au point de jonction de l'Isara, du Rhône et du mont Cemmène, Q. Fabius Maximus Aemilianus, avec moins de trente mille hommes, tailla en pièces deux cent mille Gaulois ; après quoi il éleva aux mêmes lieux un trophée en marbre blanc, ainsi que deux temples qu'il dédia, l'un, à Mars, l'autre, à Hercule."

Strabon, Géographie, IV, 2, 3 : "Ce qui peut donner une haute idée de l'ancienne puissance des Arvernes, c'est qu'ils se sont mesurés à plusieurs reprises avec les Romains et leur ont opposé des armées fortes de 200 000 hommes, voire même du double, car l'armée avec laquelle Vercingétorix combattit le divin César était bien de 400 000 hommes. Dejà auparavant, ils avaient combattu au nombre de 200 000 et contre Maximus Aemilianus, et contre Domitius Ahenobarbus. [?] Quant à la lutte contre Maximus Aemilianus, elle avait eu lieu près du confluent de l'Isar et du Rhône, lequel en cet endroit, touche presque à la chaîne des monts Cemmènes ; et c'est plus bas, au confluent du Sulgas et du Rhône, que s'était livrée la bataille contre Domitius. Ajoutons que les Arvernes, non contents d'avoir reculé les limites de leur territoire jusqu'à Narbonne et aux confins de la Massaliotide, étaient arrivés à dominer sur la Gaule entière, depuis le mont Pyréné jusqu'à l'Océan et au Rhin. Enfin le fait suivant peut donner une idée de l'opulence et du faste de Luerius, père de ce fameux chef, Bituit, qui livra bataille à Maximus et à Domitius : pour faire montre de sa richesse aux yeux du peuple, il aimait à se promener en char dans la campagne en jetant de droite et de gauche sur son passage des pièces d'or et d'argent, que ramassait la foule empressée à le suivre"

Tite-Live, Histoire romaine (Periochae), LXI : "Le consul Q. Fabius Maximus, petit-fils de Paul Émile, remporte une victoire sur les Allobroges et sur Bituitus, roi des Arvernes. Cent vingt mille hommes de l'armée de Bituitus furent taillés en pièces."

Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 10 : "On vit vers la même époque les illustres victoires de Domitius sur les Arvernes et de Fabius sur les Allobroges. Fabius, petit-fils de Paul Emile, dut à sa victoire le surnom d'Allobrogicus."


Sources:
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Abrégé d'histoire romaine [Florus] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Allobroges [Viennenses] [ Les peuples de Gaule Narbonnaise (Province) ]
    Arvernes [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    Bituitos / Bituit [ Les personnages historiques ]
    Cebenna / Cemmena / Cevenna (Massif Central) [ monts et montagnes ]
    Ceutrons / Centrons [ Les peuples des Alpes Grées ]
    Cneius Domitius Ahenobarbus bât les Arvernes à Vindalium |-122] [ Les Romains interviennent en Gaule contre les Allobroges et les Arvernes [-122:-121/-120] ]
    enlèvement et l'exil de Bituitos et de son fils Congennetiacos [-121] (L') [ Les Romains interviennent en Gaule contre les Allobroges et les Arvernes [-122:-121/-120] ]
    Eusèbe de Césarée [ auteurs antiques et anciens ]
    Fasti Triumphales Capitolini (Fastes triomphaux capitolins) (Les) [ Les Fasti Triumphales (Fastes triomphaux) ]
    Florus [ auteurs antiques et anciens ]
    Géographie [Strabon] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Guerre des Gaules [Jules César] (La) [ ouvrages antiques & anciens ]
    Histoire naturelle [Pline] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Histoire romaine [Tite-Live] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Histoire romaine [Velleius Paterculus] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Histoires contre les païens [Orose] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Isara / Isaros (Isère) [ fleuves & rivières (de Iberus à Ituna) ]
    Jules César [ auteurs antiques et anciens ]
    Orose [ auteurs antiques et anciens ]
    Pline l'ancien [ auteurs antiques et anciens ]
    Rhodanus (Rhône) [ fleuves & rivières (de Ratostabius à Rutuba) ]
    Rome annexe la portion méridionale du territoire des Rutènes [-121/-120:-118] [ Rome étend son emprise sur la rive droite du Rhône, jusqu'aux Pyrénées [-121/-120:-118] ]
    Rome dépêche Marcus Fulvius Flaccus en Gaule pour secourir les Massaliotes [-125:-124] [ La guerre contre les Salyens et les Voconces [-125:-122] ]
    Rome étend son emprise sur la rive droite du Rhône, jusqu'aux Pyrénées [-121/-120:-118] [ La conquête du sud de la Gaule par les Romains [-125:-118] ]
    Rutènes [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    Rutènes provinciaux [Albienses] [ Les peuples de Gaule Narbonnaise (Province) ]
    Ségovellaunes [ Les peuples de Gaule Narbonnaise (Province) ]
    Strabon [ auteurs antiques et anciens ]
    Tite-Live [ auteurs antiques et anciens ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurRomains interviennent en Gaule contre les Allobroges et les Arvernes [-122:-121/-120] (Les)
    Vers la fiche précédenteCneius Domitius Ahenobarbus bât les Arvernes à Vindalium |-122]
    Vers la fiche suivanteenlèvement et l'exil de Bituitos et de son fils Congennetiacos [-121] (L')
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page conquête du sud de la Gaule par les Romains [-125:-118]



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2020 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)