Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact



Annonces


Gaule
Orient
Express




Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Celtes dans l'Histoire / Histoire des Gallo-romains [-51:?] / Fondation des colonies romaines de Lugudunum et Raurica [-43]
Retour
Encyclopédie Celtique

Fondation des colonies romaines de Lugudunum et Raurica [-43]

La fondation des colonies romaines de Lugudunum et de Raurica (43 av. J.-C.)

Après une campagne victorieuse menée contre les Rhètes, Lucius Munatius Plancus (gouverneur de Gaule chevelue) et Marcus Aemilius Lepidus (gouverneur de Gaule transalpine et d'Hispanie citérieure) reçurent l'ordre du sénat de déduire de nouvelles colonies en Gaule. Pour une raison inconnue, seul Dion Cassius fait état du rôle conjoint des deux gouverneurs (Histoire romaine, XLV, 50). Les autres sources n'attribuent ces déductions qu'au seul Lucius Munatius Plancus (Sénèque, Apocoloquintose du divin Claude, VI ; Lettres à Lucilius, XCI ; CIL 10, 6087). Compte-tenu des attributions qui étaient les siennes, il est fort probable que Marcus Aemilius Lepidus n'ait participé qu'à la déductions de colonies en Gaule transalpine.

Les seules colonies qui puissent être indéniablement attribuées à Lucius Munatius Plancus sont Lugudunum (Lyon) chez les Ségusiaves et Raurica (Augst et Kaiseraugst) chez les Rauraques. L'épitaphe portée sur le mausolée de Lucius Munatius Plancus est l'unique document attestant de la contemporanéité des deux déductions (CIL 10, 6087). Cette même inscription laisse entendre que les richesses tirées de ses succès militaires lui permirent de financer la reconstruction du temple de Saturne à Rome. L'indication selon laquelle il attribua par la suite des terres à Beneventum et déduisit ces deux colonies, plaident pour une démobilisation des soldats au terme de cette campagne et leur installation sur ces territoires.

Seul le cas de la déduction de Lugudunum est documenté. La ville romaine fut installée au sommet de la colline de Fourvière, site offrant de multiples avantages (Sénèque, Lettres à Lucilius, XCI), du fait du vaste carrefour où se croisaient d'importantes voies commerciales. D'après Dion Cassius, le site choisi fut celui d'une localité pré-existante au niveau de laquelle, quelques décennies plus tôt, des Romains de Vienna (Vienne), chassés lors du soulèvement des Allobroges (62 av. J.-C.), avaient déjà trouvé refuge (Histoire romaine, XLV, 50). Érigée au rang de colonie, cette localité prit dés lors le nom de Copia Felix Munatia.

Dans le cas de Raurica, seule une inscription très fragmentaire provenant de Augst, témoignant de l'intervention d'un nuncupator, semble contemporaine de la déduction de la colonie. Selon toute vraisemblance, le nuncupator était une personne chargée de dénommer solennellement une fondation nouvelle (Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier, 1999). Celle-ci pourrait avoir reçu le nom de Paterna Munatia Felix Apollinaris Emerita Raurica (AE 1974, 435 ; 2000, 1030). L'emplacement de la colonie pourrait impliquer que le site a été utilisée comme base-arrière lors de l'intervention contre les Rhètes, ou que la colonie était destinée à protéger l'est de la Gaule d'éventuelles incursions de ces mêmes peuples.


Dion Cassius, Histoire romaine, XLV, 50 : "César, ces actes accomplis, fit semblant de marcher contre Lépidus et contre Antoine. Car Antoine, qui, dans sa fuite après la bataille, n'avait été poursuivi ni par César, parce que la conduite de la guerre avait été confiée à Décimus, ni par Décimus, parce qu'il ne voulait pas débarrasser César d'un adversaire, ramassa tout ce qu'il put des soldats qui avaient survécu au combat et vint trouver Lépidus, qui s'était, conformément au sénatus-consulte, disposé à mener son armée en Italie, et qui, depuis, avait reçu l'ordre de rester dans la position qu'il occupait. Car le sénat, en apprenant que Silanus avait embrassé le parti d'Antoine, eut peur que Lépidus et Plancus ne se joignissent également à lui, et leur envoya dire qu'il n'avait plus besoin d'eux. Mais, pour leur ôter tout soupçon, et, par suite, toute pensée de rien tenter, il leur commanda de fonder une ville en faveur de ceux qui avaient été autrefois chassés de Vienne Narbonnaise par les Allobroges et qui s'étaient établis au confluent du Rhône et de l'Araris. C'est ainsi que, pendant qu'ils y restèrent, ils bâtirent la ville appelée Lugudunum et aujourd'hui nommée Lugdunum, non qu'ils n'eussent pu passer en armes en Italie, s'ils l'eussent voulu des décrets étaient déjà bien faibles contre ceux qui avaient les armées), mais parce qu'en attendant l'issue de la guerre d'Antoine, ils voulaient paraître avoir obéi au sénat et en même temps affermir leurs propres affaires."

Sénèque, Apocoloquintose du divin Claude, VI : "Or il en aurait imposé à Hercule, fort peu malin, n'eût été la Fièvre qui seule, désertant son temple, accompagnait Claude ; elle avait laissé tous les autres dieux à Rome. " Cet homme, dit-elle, te conte de pures menteries. Je te dirai, moi qui ai vécu tant d'années avec lui, qu'il est natif de Lyon. Tu vois un bourgeois du municipe de Plancus. Comme je te l'annonce, c'est à seize milles de Vienne qu'il est né : il est franc Gaulois. Aussi, comme un bon Gaulois devait faire, il a pris Rome. Oui, je te le garantis né à Lyon où Licinius a fait le roi nombre d'années. Toi, Hercule, qui as plus battu de pays qu'un muletier qui ne débride jamais, tu dois savoir ton Lyonnais par coeur, et qu'il y a bien des milles entre le Xanthe et le Rhône "."

Sénèque, Lettres à Lucilius, XCI : "Et Lyon aussi, tous vraisemblablement s'empresseront à l'envi de la rétablir plus grande et mieux garantie qu'avant le désastre. Puisse-t-elle être durable, et sous de meilleurs auspices se fonder pour un plus long avenir ! Car cette colonie depuis son origine ne compte que cent ans, ce qui n'est pas, même pour l'homme, le terme le plus reculé. Établie par Plancus, les avantages du lieu l'avaient fait jusqu'ici croître en population, bien que, dans l'espace d'une vie de vieillard, elle eût souffert de très graves échecs."


Épitaphe de Lucius Munatius Plancus (CIL 10, 6087)
L(VCIVS) MVNATIVS L(VCI) F(ILIVS) L(VCI) N(EPOS) L(VCI) PRON(EPOS) / PLANCVS CO(N)S(VL) CENS(OR) IMP(ERATOR) ITER(VM) VIIVIR / EPVLON(VM) TRIVMP(HAVIT) EX RAETIS AEDEM SATVRNI / FECIT DE MANIBI(I)S AGROS DIVISIT IN ITALIA / BENEVENTI IN GALLIA COLONIAS DEDVXIT / LVGVDVNVM ET RAVRICAM

"Lucius Munatius Plancus, fils de Lucius (Munatius Plancus), petit-fils de Lucius (Munatius Plancus), arrière-petit-fils de Lucius (Munatius Plancus), consul, censeur, acclamé imperator deux fois, septemvir du collège des Épulons, ayant obtenu le triomphe sur les Rhètes, il a fait bâtir le temple de Saturne à partir des prises de guerre, il a réparti des terres en Italie à Beneventum, il a fondé en Gaule les colonies de Lugudunum et Raurica."

Inscription de Augst (AE 1974, 435 ; 2000, 1030)
L(VCIO) OCTA[VIO 3 F(ILIO)] / NVNCV[PATORI] / COLONIA P[ATERNA] / [MVNATIA FELIX] / [APOLLI]NARIS / [AVGVSTA E]MERITA / [RAVR]ICA / [PVBLI]CE

"A Lucius Octavius, fils de (?), nuncupator de la colonie de Paterna Munatia Felix Apollinaris Augusta Emerita Raurica, (sur les fonds) publics."


Sources:
  • M. Dondin-Payre & M.-T. Raepsaet-Charlier, (1999) - Cités, Municipes, Colonies : Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le haut Empire romain, Publications de la Sorbonne, Paris, 483p.
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Allobroges [Viennenses] [ Les peuples de Gaule Narbonnaise (Province) ]
    Ambarres [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    apocoloquintose du divin Claude [Sénèque] (L') [ ouvrages antiques & anciens ]
    archéologue - Les chars des princes et princesses celtes [04/2003] (L') [ L' archéologue ]
    Atepomaros [ Les personnages légendaires ]
    Atepomarus [ Les divinités dans les textes anciens ]
    Atepomarus par Plutarque (1) [ Atepomarus ]
    Célébration du triomphe de Lucius Munatius Plancus [29 décembre -43] [ Les peuples alpins ]
    Dion Cassius [ auteurs antiques et anciens ]
    Fondation du Sanctuaire fédéral des Trois Gaules [1er août -12] [ Histoire des Gallo-romains [-51:?] ]
    Gallia Comata (la Gaule chevelue) [ autres lieux ]
    Gallia Lugdunensis (la Gaule lyonnaise) [ autres lieux ]
    Histoire romaine [Dion Cassius] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Lug / Lugh [ généralités sur les divinités et les héros celtiques ]
    Lugdunum / Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum (Lyon) [ villes gauloises & gallo-romaines [de Labisco à Luxovium] ]
    Lugdunum, naissance d'une capitale [Collectif] [ ouvrages sur l'archéologie ]
    Momoros [ Les personnages légendaires ]
    Rauraques [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    révolte des Allobroges [-61:-60] (La) [ Troubles dans le sud de la Gaule [-78/-60] ]
    Rhenus (Rhin) [ fleuves & rivières (de Ratostabius à Rutuba) ]
    Rhètes (Les) [ Fiches en attente de classement ]
    Rhodanus (Rhône) [ fleuves & rivières (de Ratostabius à Rutuba) ]
    Seseroneos [ Les personnages légendaires ]
    Ségusiaves [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    Sénèque [ auteurs antiques et anciens ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurHistoire des Gallo-romains [-51:?]
    Vers la fiche précédenteMarcus Junius Brutus Caepio soumet les Bellovaques révoltés [-46]
    Vers la fiche suivanteMarcus Vipsanius Agrippa pacifie la Gaule [-40:-37]
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page Celtes dans l



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2020 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)