Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > inventaire des textes anciens / druidisme dans les textes anciens / principale source antique sur les druides
Retour
Encyclopédie Celtique

La principale source antique sur les druides

Sur la classe sacerdotale des Gaulois, nous disposons de sept textes qui rapportent, à quelques détails près, le même contenu: César, Guerre des Gaules, VI, 13-14 et 18; Strabon, Géographie, IV, 4, 4; Pomponius Méla, Chorographie, V, 2, 18; Ammien Marcellin, Histoires, XV, 9-12; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V, 31; Lucain, La Guerre civile, 448-465; Dion Chrysostome, Discours, 49, 8.

En dispersant les informations contenues dans ces textes dans un tableau et en les mettant en parallèles, il est possible de proposer une reconstitution du texte initial, source de tous les autres.

Posidonios, XXIII, d'après AthénéeCésarStrabonPomponius MelaAmmien MarcellinDiodore de SicileLucainDion Chrysostome


Chez tous en général il y a trois castesCependant les Gaulois ont une certaine érudition et des maîtres de la sagesse, les druidesEn ces lieux, les hommes, se civilisant peu à peu,




Les bardes, les vates et les druides
Les bardes, les euhages et les druides
Vous aussi, vates [...], ô bardes, et vous druides [...]
Les Celtes emmènent avec eux, même à la guerre, de ces commensaux qu'on appelle parasites. Ces parasites célèbrent les louanges de leurs patrons et devant des assemblées nombreuses et même devant quiconque veut bien en particulier leur prêter l'oreille. Ces personnages qui se font entendre ainsi sont ceux qu'on appelle bardes: ce sont aussi les poètes qui dans leurs chants prononcent ces éloges.
Les bardes sont chantres d'hymnes et poètes
Ces bardes chantèrent les hauts faits des hommes illustres en vers héroïques accompagnés des doux accords de la lyreIl y a chez eux des poètes lyriques qu'ils nomment bardes: ces poètes accompagnent avec des instruments semblables à des lyres leurs chants qui sont tantôt des hymnes, tantôt des satires Vous avez semé sans crainte de nombreux chants, ô bardes


Les vates, sacrificateurs et interprètes de la nature
Les euhages, par de sérieuses investigations, s'efforçaient de révéler et la force, et les sublimes merveilles de la natureEnfin ils se servent de devins à qui ils accordent une grande autorité. Ces devins, c'est par l'observation des oiseaux et par l'immolation des victimes qu'ils prédisent l'avenir






Mais c'est quand ils consultent les présages pour quelques grands intérêts, c'est alors surtout qu'ils suivent un rite bizarre, incroyable. Après avoir consacré un homme, ils le frappent avec une épée de combat dans la région au dessus du diaphragme, et quand la victime est tombée sous le coup, ils devinent l'avenir d'après la manière dont elle est tombée, l'agitation des membres et l'écoulement du sang. C'est un genre d'observation ancien, longtemps pratiqué et en qui ils ont foi


Les premiers s'occupent des choses de la religion

Parmi eux les druides, esprits plus élevésIl y a aussi des philosophes et des théologiens qui se nomment druides
Les Celtes, d'après ceux qu'ils appellent druides, s'adonnent aussi à l'art de la prophétie et à la sagesse en général

Ils veillent à l'observation des rites dans les sacrifices publics et privés






Ils règlent les pratiques religieuses






Un grand nombre d'adolescents vient à eux pour s'instruire






Ils sont très honorés A qui l'on rend des honneurs extraordinaires (aux trois castes)
[les hommes] mirent en honneur l'étude des louables sciences ébauchéesÀ qui l'on rend les plus grands honneurs


C'est à eux qu'il revient de trancher les contestations entre les Etats et les particuliers si quelque crime est commis On a la plus haute opinion de leur justice: à ce titre on s'en remet à eux du jugement de tous les litiges privés ou publics






C'est à ce point qu'autrefois ils étaient arbitres même dans les guerres, arrêtaient les adversaires prêts à se ranger en bataille

Non seulement dans les nécessités de la paix, mais encore et surtout dans les guerres, on se confie à ces philosophes et à ces poètes chantants, et cela, amis comme ennemis. Souvent sur les champs de bataille, au moment où les armées s'approchent, les épées nues, les lances en avant, ces bardes s'avancent au milieu des adversaires et les apaisent, comme on fait avec les bêtes farouches avec des enchantements. Ainsi chez les barbares les plus sauvages la passion cède à la sagesse et Arès respecte les Muses


Si quelque crime est commis Et qu'on leur confiait le soin de prononcer dans les affaires de meurtre






Lorsqu'abondent ces sortes de jugements, ils estiment que c'est signe d'abondance pour le pays





S'il y a un différent pour une question d'héritage ou de bornage, ils jugent l'affaire






Ils déterminent les indemnités et les amendes






Tout particulier, tout peuple qui ne s'est pas soumis à leur décision est exclu des sacrifices






C'est chez les Gaulois le châtiment le plus grave






Ceux qui sont ainsi exclu sont mis au nombre des impies et des criminels






Tout le monde s'éloigne d'eux, fuit leur abord et leur entretien, de peur d'être souillé à leur contact






Il leur est interdit de demander justice ni de recevoir aucun honneur












Dans tous ces cas, les rois ne sont pas autorisés à faire ou à envisager quoi que ce soit sans l'aide de ces hommes sages, au point que, en vérité, c'était eux qui gouvernaient, alors que les rois étaient leurs serviteurs et ministres de leurs volontés

Au dessus de tous les druides, il y en a un qui possède sur eux une très grande autorité






A sa mort, si quelqu'un se distingue particulièrement, il lui succède






Si les mérites sont égaux, le principat dépend du suffrage des druides, parfois d'une lutte armée






Les druides, à une date fixe, chaque année, tiennent leurs assises dans le pays des Carnutes qui est considéré comme le centre de la Gaule, en un lieu consacré






C'est là que se rassemblent tous les gens qui ont entre eux des contestations et ils se soumettent à leurs décisions et à leurs jugements






On pense que leur doctrine est née en Bretagne et, actuellement, ceux qui veulent l'étudier plus à fond, vont généralement là-bas pour faire cette étude






Les druides, habituellement, s'abstiennent d'aller à la guerre






Ils ne paient pas d'impôt comme les autres






Ils sont exemptés de service militaire et de toute espèce de charge






Attirés par de si grands privilèges, nombre de gens viennent d'eux-mêmes à eux pour s'instruire
Ils communiquent une foule de connaissances aux plus distingués de la nation qu'ils instruisent secrètement




Et nombre d'autres aussi sont envoyés par leurs parents et leurs proches






On dit qu'ils apprennent par coeur un grand nombre de vers






Aussi y en a-t-il qui restent ving ans là, pour étudier
Et pendant vingt années






Au fond des cavernes ou des bois les plus retirés

Vous habitez des lieux écartés

Ils pensent qu'il est interdit par la religion de confier leur science à l'écriture






Bien que, dans presque tout le reste des affaires, dans les comptes publics et privés, ils se servent de l'alphabet grec






Cet usage oral me paraît voulu pour deux raisons






Ils ne veulent pas voir divulguer leur doctrine






Ni que leurs élèves, se fiant à l'écriture, cultivent moins leur mémoire, ce qui arrive généralement






Lorsqu'on se sert de textes écrits on s'applique moins à apprendre par coeur et on néglige sa mémoire






Le point essentiel de leur doctrine est l'immortalité de l'âme Ces druides, et d'autres comme eux professent que les âmes sont impérissables Le seul dogme qu'ils enseignent publiquement, c'est l'immortalité de l'âme et l'existence d'une autre vie Unis selon un règle qui a pour elle l'autorité de Pythagore, par les liens étroits d'une vie en commun, sont arrivés, par leurs recherches sur les mystères les plus profonds, à une hauteur d'où, contemplant l'humanité, ils ont proclamé l'immortalité de l'âme
Vous aussi, vates dont les éloges conduisent à l'immortalité de l'âme des braves enlevés par la guerre. Selon vous [les druides] les ombres ne gagnent pas les demeures silencieuses de l'Erèbe et les pâles royaumes du Dis souterrain, un même esprit dirige nos membres dans un autre monde: la mort, si ce que vous chantez est réel, est le milieu d'une longue vie

Ils enseignent qu'après la mort elle passe dans d'autres corps






Cette conviction, d'après eux, excite particulièrement au courage, en faisant mépriser la peur de la mort
Sans doute afin de rendre le peuple plus propre à la guerre

Heureuse illusion des peuples que regarde l'Ourse: car la plus forte des craintes ne les saisit point, la terreur du trépas. De là des coeurs prompts à courir aux armes, des âmes capables de mourir, et le sentiment qu'il est lâche d'épargner une vie qui doit revenir

Les funérailles, par rapport à la civilisation gauloise, sont d'une grande magnificence: tout ce que le mort a chéri, pense-t-on, on le jette dans le feu, même les animaux et, il y a peu de temps encore, quand les funérailles étaient régulières, on brûlait avec le mort les esclaves et les clients qu'on lui savait avoir été chers
De là vient que les Gaulois brûlent et enterrent avec les morts tout ce qui est à l'usage des vivants, et qu'autrefois ils ajournaient jusque dans l'autre monde l'exécution des contrats ou le remboursement des prêts. Il y en avait même qui se précipitaient gaiement sur les bûchers de leurs parents, comme pour continuer de vivre avec eux.





Le monde aussi, mais qu'un jour régneront seuls le feu et l'eau





En outre, ils discutent beaucoup sur les astres, leurs mouvements, la grandeur du monde et celle de la terre
Ces maîtres font profession de connaître la grandeur et la forme de la terre et du monde, les révolutions du ciel et des astres

A vous seuls est donné de connaître [...] les puissances du ciel

Sur la nature des choses, la puissance et le rôle des dieux immortels Les druides, outre les sciences de la nature Et la volonté des dieux
La coutume est chez eux que personne ne sacrifie sans l'assistance d'un philosophe; car ils croient devoir user de l'intermédiaire de ces hommes qui connaissent la nature des dieux, et parlent on pourrait dire leur langue, pour leur offrir des sacrifices d'action de grâces et implorer leurs bienfaits Et vous, druides, vous avez repris loin des armes vos rites barbares et la coutume sinistre des sacrifices. A vous seuls est donné de connaître les dieux ou à vous seuls de les ignorer

Et ils transmettent ces doctrines à leurs jeunes élèves





Dans cette reconstitution, sont utilisées les abréviations suivantes:
S: Strabon
D: Diodore de Sicile
P: Pomponius Mela
A: Ammien Marcellin
L: Lucain
Di: Dion Chrysostome

En vert sont mis les passages mentionnés par un seul auteur, en rouge ceux qui ne le sont que par César.

1. Chez les Gaulois, il existe trois castes d'érudits et de sages, les bardes, les vates et les druides.

2. Les bardes sont des poètes lyriques qui s'accompagnent d'instruments semblables à des lyres. Leurs chants sont tantôt des hymnes qui racontent en vers héroïques les hauts faits des hommes illustres, tantôt des satires.

3. Les vates, ces devins, observent la nature (les oiseaux (D)) et immolent des victimes pour prédire l'avenir.

4. Parmis eux, les druides sont les plus importants. Ils s'occupent des choses de la religion: ce sont des théologiens et des philosophes. Ils veillent à l'observation des rites dans les sacrifices publics et privés et Ils règlent les pratiques religieuses . On leur rend les plus grands honneurs.

5. On a la plus haute opinion de leur justice: à ce titre on s'en remet à eux du jugement de tous les litiges privés ou publics. C'est à ce point qu'autrefois ils étaient arbitres même dans les guerres, arrêtaient les adversaires prêts à se ranger en bataille.

6. Dans tous ces cas, les rois ne sont pas autorisés à faire ou à envisager quoi que ce soit sans l'aide de ces hommes sages, au point que, en vérité, c'était eux qui gouvernaient, alors que les rois étaient leurs serviteurs et ministres de leurs volontés (Di).

7. On s'en remet à leur justice si quelque crime est commis. Lorsqu'abondent ces sortes de jugements, ils estiment que c'est signe d'abondance pour le pays (S). S'il y a un différent pour une question d'héritage ou de bornage, ils jugent l'affaire, ils déterminent les indemnités et les amendes. Tout particulier, tout peuple qui ne s'est pas soumis à leur décision est exclu des sacrifices: c'est chez les Gaulois le châtiment le plus grave. Ceux qui sont ainsi exclu sont mis au nombre des impies et des criminels: tout le monde s'éloigne d'eux, fuit leur abord et leur entretien, de peur d'être souillé à leur contact. Il leur est interdit de demander justice ni de recevoir aucun honneur.

8. Au dessus de tous les druides, il y en a un qui possède sur eux une très grande autorité. A sa mort, si quelqu'un se distingue particulièrement, il lui succède. Si les mérites sont égaux, le principat dépend du suffrage des druides, parfois d'une lutte armée.

9. Les druides, à une date fixe, chaque année, tiennent leurs assises dans le pays des Carnutes qui est considéré comme le centre de la Gaule, en un lieu consacré. C'est là que se rassemblent tous les gens qui ont entre eux des contestations et ils se soumettent à leurs décisions et à leurs jugements.

10. On pense que leur doctrine est née en Bretagne et, actuellement, ceux qui veulent l'étudier plus à fond, vont généralement là-bas pour faire cette étude.

11. Les druides, habituellement, s'abstiennent d'aller à la guerre. Ils ne paient pas d'impôt comme les autres et ils sont exemptés de service militaire et de toute espèce de charge.

12. Attirés par de si grands privilèges, nombre de gens viennent d'eux-mêmes à eux pour apprendre (secrètement (P)) une foule de connaissances. Et nombre d'autres aussi sont envoyés par leurs parents et leurs proches. On dit qu'ils apprennent par coeur un grand nombre de vers aussi y en a-t-il qui restent ving ans là, pour étudier. Cela se fait dans des cavernes ou les bois les plus retirés (des lieux écartés (L)).

13. Ils pensent qu'il est interdit par la religion de confier leur science à l'écriture ben que, dans presque tout le reste des affaires, dans les comptes publics et privés, ils se servent de l'alphabet grec. Cet usage oral me paraît voulu pour deux raisons: ils ne veulent pas voir divulguer leur doctrine; ni que leurs élèves, se fiant à l'écriture, cultivent moins leur mémoire, ce qui arrive généralement lorsqu'on se sert de textes écrits on s'applique moins à apprendre par coeur et on néglige sa mémoire.

14. Le point essentiel de leur doctrine est l'immortalité de l'âme. Ils enseignent qu'après la mort elle passe dans d'autres corps, sans doute afin de rendre le peuple plus propre à la guerre. De là vient que les Gaulois brûlent et enterrent avec les morts tout ce qui est à l'usage des vivants, et qu'autrefois ils ajournaient jusque dans l'autre monde l'exécution des contrats ou le remboursement des prêts. Il y en avait même qui se précipitaient gaiement sur les bûchers de leurs parents, comme pour continuer de vivre avec eux. Le monde aussi est immortel, mais un jour régneront seuls le feu et l'eau (S).

15. En outre, ils discutent beaucoup sur les astres, leurs mouvements, la grandeur du monde et celle de la terre. La coutume est chez eux que personne ne sacrifie sans l'assistance d'un philosophe; car ils croient devoir user de l'intermédiaire de ces hommes qui connaissent la nature et la volonté des dieux, et parlent on pourrait dire leur langue, pour leur offrir des sacrifices d'action de grâces et implorer leurs bienfaits.

La question qui se pose est de savoir de qui est le texte reconstitué ci-dessus. On a souvent avancé le nom de Posidonios d'Apamée. Cependant, aucun de nos textes ne mentionne ce rhéteur comme source. Pire, on possède encore un fragment bien attribué. Ce fragment parle des bardes: "Les Celtes emmènent avec eux, même à la guerre, de ces commensaux qu'on appelle parasites. Ces parasites célèbrent les louanges de leurs patrons et devant des assemblées nombreuses et même devant quiconque veut bien en particulier leur prêter l'oreille. Ces personnages qui se font entendre ainsi sont ceux qu'on appelle bardes: ce sont aussi les poètes qui dans leurs chants prononcent ces éloges." (Posidonios d'Apamée, livre XXIII, d'après Athénée, Les Deipnosophistes, VI, 49).

Ce paragraphe pourrait très bien être considéré comme la source de notre paragraphe 2 ci-dessus. Cependant, chez Posidonios, les informations concernant les bardes sont tout de même sensiblement différentes de celles que nous avons données, plus précises. Posidonios ne peut donc pas être considéré comme la source directe de ce que nous savons sur les druides. Il faut admettre que les fragments composant notre texte sont issus d'un autre compilateur fiable. Il n'y en a qu'un seul possible: Timagène d'Alexandrie, qui est d'ailleurs nommé par Ammien Marcellin.

Paul-Marie Duval le notait déjà: « il a dû être une source importante pour Diodore, César, Tite Live, il l'a été sûrement pour Strabon ».

Reste qu'un de nos auteurs s'écarte sensiblement de sa source: César, qui ajoute quantité d'informations qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Il n'y a qu'une seule raison à cela: César c'est lui-même documenté sur place, a vu des druides, et s'est renseigné sur eux. Il reste donc notre source la plus fiable et la plus complète les concernant.


Sources:
  • Patrice Lajoye pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    classe sacerdotale (La) [ Le druidisme dans les textes anciens ]
    classe sacerdotale (La) [ spiritualité, mythologie, divinités... ]
    druide (Le) [ La classe sacerdotale ]
    formes antiques du mot druide (Les) [ Le druidisme dans les textes anciens ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurdruidisme dans les textes anciens (Le)
    Vers la fiche précédenterites mortuaires (Les)
    Vers la fiche suivanteformes antiques du mot druide (Les)
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page inventaire des textes anciens



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2019 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)