Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne : 0
aujourd'hui : 0
au total : 35646520

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Celtes dans l'Histoire / peuples alpins / résistance des peuples alpins du royaume de Cottius [?/64]
Retour
Encyclopédie Celtique

La résistance des peuples alpins du royaume de Cottius [?/64]

La longue résistance des peuples alpins du Royaume de Cottius ( ? - 64 ap. J.-C.)

A la suite des différentes victoires romaines des IIe et Ie s. avant J.-C. le monde celtique s’est considérablement réduit. Dés la seconde moitié du Ie s av. J.-C., la totalité de la Gaule a été soumise. Seuls les peuplades celto-ligures des hauts défilés des Alpes continuent à résister à l’avancée des légions, protégés par une topographie favorable. L’essentiel du transit dans l’Empire, entre l’Italie et la Gaule se fait par l’étroit littoral des Alpes Maritimes, encore réputé incertain du fait des pillages réguliers menés par les tribus alpines. Un roi nommé Marcus Julius Cottius, maître des plus hautes vallées des Alpes occidentales, a échappé quelque temps, par sa position, aux attaques des Romains. Ce roi était fils du roi Idéonnus, Donnius ou Donnas, dont on ne connaît rien. Celui-ci ne nous est connu que par l’inscription de l’arc de Suse et une allusion faîte par Strabon.

Strabon, Géographie, IV, 6, 6: "Du côté opposé, c'est-à-dire sur le versant italien de la chaîne des Alpes, habitent les Taurins, nation ligystique, et, avec les Taurins, maintes autres tribus de même origine, celles-là notamment qui forment la population des deux districts connus sous les noms de terre de Donnas [ou ldéonnus selon les traductions] et de terre de Cottius."

Cottius, chef des Segusini dont la capitale était Seguso / Suse, tenait sous sa domination treize autres peuplades alpines : les Segovii, les Belaci, les Caturiges, les Medulli, les Tebavii, les Adanates, les Savincates, les Ecdini, les Veamini, les Venisanii, les Iemerii, les Vesubiani, et les Quariates; soit un domaine s’étendant de la vallée de la Tinée et de la Vésubie au Sud, jusqu’à la frontière avec les Voconces et les Allobroges au Nord et à l’Ouest.

Sous le règne d’Auguste, vers 9 avant J.-C., des campagnes militaires romaines touchent les Alpes, plus particulièrement les Alpes Maritimes. Ammien Marcellin évoque à ce titre le fait que Cottius dû rabattre sa fierté.

Ammien Marcellin, Histoire de Rome, XV, 10: "Elle a l'Océan et les Pyrénées pour rempart au couchant; et, du côté où le soleil se lève, la masse imposante des Alpes Cottiennes. C'est là que le roi Cottius tint seul contre nous si longtemps, protégé par ses impraticables défilés et par ses rocs inaccessibles. Ce prince toutefois rabattit plus tard de sa fierté; et ce fut lui qui, devenu l'ami de l'empereur Octavien, par un retour d'affection mémorable, et après des efforts inouïs, ouvrit plus loin, au travers des vieilles Alpes, ces routes si commodes qui en abrègent le trajet. Je donnerai une autre fois sur cette opération les renseignements que j'ai pu recueillir."

Pline est plus bavard. Dans sa transcription de l’inscription du Trophée de La Turbie (élevé en 5 avant J.-C., 18ème année de la puissance tribunicienne d’Auguste) commémorant les victoires romaines sur les populations alpines, il cite les Medulli, les Caturiges, Edenetes (ou Adanates), Esubiani (ou Vesubiani), les Veamini et les Ectini (Ecdini), peuplades rattachées au royaume de Cottius. Pline, tient un propos nettement diférent de celui d'Ammien Marcellin, puisqu'à la suite du nom des tribus vaincues par Rome, il précise "On n'y a pas joint les douze cités Cottiennes, qui ne furent pas hostiles". Ainsi, les Médulles et les Caturiges cités sur l'arc de Suse et le Trophée de la Turbie dûrent tenter de prendre leur indépendance entre 8 et 5 av. J.-C. Après les avoir subjugué, Auguste redonna leurs territoires à Cottius, portant le nombre de tribus administrées de douze à quatorze.

Pline, Histoire Naturelle, III, 24, 4: "Il ne paraît pas hors de propos de transcrire ici l'inscription du trophée des Alpes, qui est ainsi conçue : A l’Empereur, fils du divin César, Auguste, Grand Pontife, Empereur pour la 14e fois, l’an 18 de sa puissance tribunitienne, le Sénat et le Peuple Romain, en mémoire de ce que, sous les ordres et sous ses auspices, tous les peuples alpins, depuis la Mer Supérieure jusqu’à l’Inférieure, ont été soumis à l’Empire romain. Les peuples alpins vaincus: les Triumplini, les Camuni, les Vennonetes, les Isnarci, les Breuni, les Genaunes, les Focunates, quatres nations vindéliciennes, les Consuanetes, les Rucinates, les Licates, les Catenates, les Ambisontes, les Rugusci, les Suanetes, les Calucones, les Brixentes, les Lepontes, les Viberi, les Nantuates, les Seduni, les Veragri, les Salassi, les Acitavones, les Medulli, les Ucini, les Caturiges, les Brigiani, les Sogiunti, les brodionti, les Nemalones, les Edenetes, les Esubiani, les Veamini, les Gallitae, les Triullati, les Ectini, les Vergunni, les Eguituri, les Nemeturi, les Oratelli, les Nerusci, les Velauni, les Suetri. On n'y a pas joint les douze cités Cottiennes, qui ne furent pas hostiles, ni les cités attribuées aux municipes par la loi Pompeia."

Le Trophée de La Turbie commémore certainement avec retard une victoire antérieure à 8 avant J.-C. En effet l’amitié entre Rome et le royaume de Cottius intervient certainement dés 8 avant J.-C. (15e année de la puissance tribunicienne d’Auguste), année au cours de laquelle le roi des Segusini fit édifier à Suse sa capitale, un arc de triomphe où sont gravés les noms des quatorze peuples qu’il gouvernait jadis, et qu’il administre dès lors en qualité de préfet romain. Marcus Julius Cottius, se fit donc l’allié d’Auguste et conserva son royaume avec une indépendance relative.

l’Arc de Suse (CIL V 7231)
IMP. CÆSARI AVGVSTO DIV. F. PONTIFICI MAXIMO TRIBVNIC. POTESTATIS XV IMP. XIII M. IVLIVS REGIS DONNI F. COTTIVS PRÆFECTVS CIVITATVM QVÆ SVBSCRIPTÆ SVNT SEGOVIORVM SEGVSINORVM BELACORVM CATVRIGVM MEDVLLORVM TEBAVIORVM ADANATIVM SAVINCATIVM ECDINIORVM VEAMINIORVM VENISANORVM IEMERIORVM VESVBIANORVM QVARIATVM ET CIVITATES QVÆ SVB EO PRÆFECTO FVERVNT

Autre signe d’amitié, Cottius entrepris la percée d’une large route traversant son territoire, l’actuelle route du Mont-Cenis, axe de communication qui sera le plus emprunté des Alpes. Cette région des Alpes porte depuis le nom du roi Cottius, les Alpes Cottiennes.

Strabon, Géographie, IV, 1, 3: "L'autre route qui, par le pays des Vocontiens et le territoire dit de Cottius, [mène aussi à la frontière d'Italie], se confond avec la précédente depuis Nimes jusqu'à Ugernum et à Taruscon, puis, elle traverse le Druentias, passe par Cavallion , et mesure déjà 63 milles depuis Nimes, quand elle atteint, à la frontière du pays des Vocontiens, le point où commence la montée des Alpes; de ce point-là, maintenant, au bourg d'Ebrodunum, situé à l'autre frontière des Vocontiens, du côté du royaume de Cottius, la distance est de 99 milles; enfin l'on en compte autant pour le reste de la route qui, passant par le bourg de Brigantium, le bourg de Scingomagus et le col des Alpes, s'arrête à Ocelum, point extrême du territoire de Cottius. Mais, dès Scingomagus, on est en Italie, et la distance de ce bourg à Ocelum est de 28 milles"

L’amitié entre Rome et le Royaume de Cottius ne cessa pas. Nous savons par exemple que sous le règne de Tibère, une cohorte du royaume de Cottius participa à la répression menée dans la ville de Pollentia révoltée.

Suétone, vie des douze Césars, Tibère, XXXVI: "Les habitants de Pollentia avaient arrêté sur la place publique le convoi d'un centurion primipilaire jusqu'à ce qu'ils eussent extorqué des héritiers une somme d'argent pour un spectacle de gladiateurs. Il tira une cohorte de Rome et une autre du royaume de Cottius, en cachant le motif de leur marche. Elles entrèrent tout à coup dans la ville par toutes les portes, l'épée à la main, au son des trompettes, et mirent dans les fers à perpétuité la plus grande partie des habitants et des décurions."

En 44 ap. J.-C., l’Empereur Claude augmenta les Etats de Cottius et lui rendit le titre de roi qui lui avait été retiré vers 8 av. J.-C. Il est peu probable qu’il s’agisse du même roi Cottius, en effet, Dion Cassius dit que le titre de roi lui fut alors donné pour « la première fois ». Il ne s’agit donc probablement pas du même Cottius que du temps d’Auguste, ce qui a fait songé aux l’historiens, l’existence d’un roi Cottius II hypothétique.

Dion Cassius, Histoire Romaine, LX, 24: "Il [l’empereur Claude] augmenta les États que M. Julius Cottius tenait de son père, auprès des Alpes appelées de son nom Cottiennes, avec le titre de roi, qu'il lui donna alors pour la première fois."

En 64 ap. J.-C, (66 ap. J.-C. selon Eusèbe)à la mort de Marcus Julius Cottius (II ?), sous le règne de Néron, le royaume fut transformé en province procuratorienne. Les Alpes cottiennes, gouvernée par un chevalier et les habitants reçurent le droit latin, comme l’atteste Pline.

Pline, Histoire Naturelle, III, 24, 3: "Il y a en outre des populations jouissant du droit latin, telles que les Octoduriens, les Centrons limitrophes, les cités Cottiennes, les Caturiges ; et, issus des Caturiges, Ies Vagiennes-Ligures et ceux qui sont appelés Montagnards, et plusieurs peuplades Chevelues sur les confins de la mer de Ligurie.Cette dernière conserva ces limites jusqu’à la fin de l’Antiquité."

Suétone, Vie des douze Césars, vie de Néron, XVIII: "Il réduisit en province romaine le royaume de Pont que lui céda le roi Polémon, et les Alpes après la mort de Cottius."

Aurelius victor, Les Césars, V: "Ce fut alors qu'avec l'assentiment du roi Polémon, il réduisit en province romaine le Pont, appelé depuis cette circonstance Pont Polémoniaque : il en fut de même des Alpes Cottiennes après la mort du roi Cottius.

Eusèbe Pamphile, in Chroniques, Saint-Jérôme, II: "Olymp. 211, 2, an de R. 817, de J.-C. 66. Deux provinces seulement sont formées sous Néron, le Pont Polémoniaque et les Alpes Cotties, après la mort du roi Cottius.

Une inscription découverte au hameau d’Escoyères, près d’Arvieux, pose de nombreux problèmes aux chercheurs. Il y est question d'une préfecture alpine correspondant aux terrtoires des Capillati, des Savincates, des Quariates et des Brigiani. Cette préfecture reflète t'elle l'existence de subdivisions internes au Royaume de Cottius, supposant alors une administration relativement complexe? ou s'agit t'il d'une éphémère préfecture postérieure à la mort du dernier roi cottien? Chose est néanmoins certaine, Cottius ne fait l'objet d'aucune évocation dans ce texte.

L’inscription du mausolée des Escoyères (CIL, XII, 80)
[Q]VAR[TINIVS BVSS]VLLIF[...SIBI ET B]VSSV[LLO] PATR[I BUSSULL]Æ LVT[ATIÆ] MATRI [AL]BANO BVSS[VLLI FILI] FRATRI PRAEF CAPILLA[TI] SAVINCAT QVARIAT [ET] BRIGIANORVM [QVARTINI]O BVSSVLIF FRATRI [QVARTI]NIAE BVSSVLIF SOROR


Sources:
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Adanates / Edenates [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Belaques / Belaces [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Caturiges [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Cottus / Cottius (1) (Marcus Iulius Cottius) [ Les personnages historiques ]
    Cottus / Cottius (2) (Marcus Iulius Cottius) [ Les personnages historiques ]
    Donnas / Donnius [ Les personnages historiques ]
    Donnus (Caius Iulius Donnus) [ Les personnages historiques ]
    Ectini / Ecdini [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Iemerii [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Médulles [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    peuples des Alpes Cottiennes (Les) [ Les peuples celtes ]
    Quariates [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    royaume de Cottius (Le) [ informations diverses sur les peuples celtes ]
    Savincates [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Ségoviens [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Ségusiens [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Seguso / Segusio (Suse) [ villes d'Italie du Nord ]
    Tébaves [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Veamines [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Vénisaniens [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Vesubiens / Esubiens [ Les peuples des Alpes Cottiennes ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurpeuples alpins (Les)
    Vers la fiche précédenteAppius Claudius Pulcher soumet difficilement les Salasses [-143:-141]
    Vers la fiche suivanteblocus de Veteres sur les Salasses [-37:-36] (Le)
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page Celtes dans l



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2017 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)