Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > société / rôles et fonctions / vergobret
Retour
Encyclopédie Celtique

Le vergobret

Le "vergobret" ou vergobretos / vercobretos est le magistrat suprême des cités gauloises où la royauté avait été remplacée par un gouvernement oligarchique.


I. - Le contexte d'apparition de cette « magistrature suprême »

Strabon, Géographie, IV; 4, 3 : "La forme de gouvernement la plus répandue autrefois chez les peuples gaulois était la forme aristocratique : en vertu d'un usage immémorial, chacun d'eux tous les ans se choisissait un chef, et, de même, en cas de guerre; chaque armée élisait son général. Mais aujourd'hui ils relèvent presque tous de l'administration romaine.

Les Commentaires de la Guerre des Gaules de César sont la seule et unique source évoquant l'existence des « vergobrets » ou de « magistrats suprêmes » chez les Gaulois. César nous apprend que certaines cités gauloises étaient dirigées par un vergobret, par opposition à d'autres, gouvernées par un roi. Cette opposition est très nette. Il semble que les cités gouvernées par un vergobret partageaient avec les romains d'époque républicaine, une même aversion à l'égard des monarchies. Dans les ces cités, cette aversion était telle que toute personne aspirant à la royauté était passible de la peine de mort.

Jules César, La guerre des gaules I, 3-4 : " Orgetorix est choisi pour présider à l'entreprise. Envoyé en qualité de député vers les cités voisines, sur sa route, il engage le Séquanais Casticos, fils de Catamantaloedis, et dont le père avait longtemps régné en Séquanie et avait reçu du peuple romain le titre d'ami, à reprendre sur ses concitoyens l'autorité suprême, précédemment exercée par son père. Il inspire le même dessein à l'Héduen Dumnorix, frère de Diviciacos, qui tenait alors le premier rang dans la cité et était très aimé du peuple ; il lui donne sa fille en mariage. Il leur démontre la facilité du succès de leurs efforts ; devant lui-même s'emparer du pouvoir chez les Helvètes, et ce peuple étant le plus considérable de toute la Gaule, il les aidera de ses forces et de son armée pour leur assurer l'autorité souveraine [?] Ce projet fut dénoncé aux Helvètes ; et, selon leurs coutumes, Orgetorix fut mis dans les fers pour répondre à l'accusation. Le supplice du condamné devait être celui du feu. [?] lorsque Orgetorix mourut. Il y a lieu de penser, selon l'opinion des Helvètes, qu'il se donna lui-même la mort".

Jules César, La guerre des gaules, VII, 4: "Vercingetorix, fils de Celtillos, Arverne, jeune homme qui était parmi les plus puissants du pays, dont le père avait eu l'empire de la Gaule et avait été tué par ses compatriotes parce qu'il aspirait à la royauté."

Plutarque, Vie de César, XXV, 5: " Ils avaient choisi, pour diriger la guerre avec l'autorité suprême, Vercingétorix, dont le père, soupçonné d'aspirer à la tyrannie, avait été mis à mort par les Gaulois."

Cette aversion pourrait trouver son explication dans l'effondrement de l'Empire Arverne quelques décennies plus tôt. A la chute de l'Empire de Bituit, certaines cités gauloises choisirent de s'allier avec Rome. A l'époque de César, on retrouve ces mêmes cités pro-romaines sous un régime oligarchique. Chez les Eduens, les Rèmes et les Arvernes, il est tout à fait plausible que ce régime ait été installé immédiatement après la défaite de Bituit. Cette révolution politique ne s'est pas imposée partout, ou du moins pas simultanément. On sait par exemple, comme le démontre un exemple pré-cité, que le Séquane Casticos était fils de Catamantaloédis, qui avait exercé la charge de roi. Ceci implique que l'avènement de ce régime soit, dans cette cité, relativement récent alors. Ces passages tirés des Commentaires de la Guerre des Gaules de César apportent un autre éléments essentiel pour saisir la complexité de le vie politique dans les cités gauloises de la fin du IIe et du début du Ier s. av. J.-C., c'est l'existence de courants traditionalistes chez les Gaulois, prônant un retour à la monarchie (et la prise de distances avec Rome ?). Les cas de Celtillos, Orgetorix, Casticos et Dumnorix sont à cet égard de très bons exemples. Ces hommes appartenaient à la noblesse et paraissent tous être descendants de familles royales. Ils se servirent de leur charge de magistrat pour tenter de restaurer la monarchie.


II. - La charge de vergobret, élection et pouvoirs
II. 1. - Le vergobret, un équivalent du consul ?

principatus "souverain, le plus important", magistratus "le magistrat", singuli magistratus "magistrat unique", summum magistra "magistrat suprême", princeps civitatis "prince de la cité"? sont autant d'expressions employées par César pour designer le vergobret.

Jules César, La guerre des gaules, I, 16 : ?]"Lisco, qui summo magistratui praeerat, quem vergobretum appellant Haedui, qui creatur annuus et vitae necisque in suos habet potestatem, graviter eos accusat, quod [?"

Jules César, La guerre des gaules, VII, 32 : ?] "summo esse in periculo rem, quod, cum singuli magistratus antiquitus creari atque regiam potestatem annum obtinere consuessent, duo magistratum gerant et se uterque eorum legibus creatum esse dicat."

Jules César, La guerre des gaules, VII, 33 : ?]" Cum prope omnis civitas eo convenisset, docereturque paucis clam convocatis alio loco, alio tempore atque oportuerit fratrem a fratre renuntiatum, cum leges duo ex una familia vivo utroque non solum magistratus creari vetarent, sed etiam in senatu esse prohiberent, Cotum imperium deponere coegit, Convictolitavem, qui per sacerdotes more civitatis intermissis magistratibus esset creatus, potestatem obtinere iussit".

Jules César, La guerre des gaules, I, 19 : "Outre ces rapports, les indices les plus certains venaient confirmer les soupçons de César : c'était Dumnorix qui avait fait passer les Helvètes par le territoire des Séquanes, qui les avait engagés à se donner mutuellement des otages ; il avait tout fait non seulement sans l'ordre de César et des Héduens, mais encore à leur insu ; il était accusé par le magistrat de sa nation. César croyait avoir assez de motifs, soit pour sévir lui- même contre Dumnorix, soit pour exiger que ses concitoyens le punissent "

Jules César, La guerre des gaules, VI, 20 : "Dans les cités qui passent pour administrer le mieux les affaires de l'état, c'est une loi sacrée que celui qui apprend, soit de ses voisins, soit par le bruit public, quelque nouvelle intéressant la cité, doit en informer le magistrat, sans la communiquer à nul autre, l'expérience leur ayant fait connaître que souvent des hommes imprudents et sans lumières s'effraient de fausses rumeurs, se portent à des crimes et prennent des partis extrêmes. Les magistrats cachent ce qu'ils jugent convenable, et révèlent à la multitude ce qu'ils croient utile. C'est dans l'assemblée seulement qu'il est permis de s'entretenir des affaires publiques".

II. 2. - Un magistrat élu

César nous apprend que dans la cité des Eduens, le vergobret était élu pour un an par les prêtres de la cité (druides ?) et les magistrats. Ce terme de magistrat est complexe. Le vergobret était le « magistrat suprême », mais d'autres magistrats existaient chez les Gaulois semble t'il puisqu'ils participent à l'élection du vergobret. César emploie le terme de intermissis magistratibus « par l'intermédiaire des magistrats », notion incompatible avec celle de « sénateur ». Etant entendu que César tente de trouver ici des équivalents aux différentes institutions républicaines, l'emploi du terme magistrat plutôt que sénateur est intéressant. A Rome, en effet, les sénateurs sont d'anciens magistrats, non des magistrats en fonction. Il s'agît certainement d'un équivalent d'une des (ou des) « magistratures ordinaires » de la République Romaine.

Jules César, La guerre des gaules, VII, 32 : "[...] alors que l'antique usage veut qu'on ne nomme qu'un magistrat suprême, qui détient pendant un an le pouvoir royal, deux hommes exercent cette magistrature et chacun d'eux se prétend légalement nommé [...]"

Jules César, La guerre des gaules, VII, 33 : " César obligea donc Cotos de se démettre de sa magistrature, et ordonna que le pouvoir fût remis à Convictolitavis que, suivant l'usage de la cité, les prêtres avaient élu avec l'intervention des magistrats".

Jules César, La guerre des gaules, VII, 67, : "Cotos, commandant de la cavalerie, qui dans les derniers comices avait été en concurrence avec Convictolitavis"

Ce dernier extrait est particulièrement intéressant puisqu'il apporte un nouveau détail. Les vergobret sont élus à l'occasion d'assemblées regroupant le peuple ou une partie du peuple (comices). Il semble, à la vue de l'extrait qui précède que lors de ces assemblées, seuls les prêtres et les magistrats étaient appelés à voter.


III. - Un pouvoir limité : quelques exemples de dérives évoqués dans les Commentaires de la Guerre des Gaules de César

A l'occasion des troubles qui touchèrent la cité éduenne à la fin de l'hiver 52 av. J.-C., César donne un certains nombre d'éléments relatifs aux limites du pouvoir des vergobrets. En l'occurrence, à l'instar du Préteur romain, le vergobret ne peut quitter sa cité. Enfin, deux personnes d'une même famille ne peuvent être vergobret et le vergobret ne peut désigner lui-même les magistrats. Ces lois permettent certainement d'empêcher toute dérive monarchique. Il semble, comme cela a été dit précédemment qu'un assemblée populaire et les prêtres élisent le vergobret, le Sénat joue quant à lui un rôle essentiellement de contre-pouvoir, garant d'un non-retour à la monarchie.

Jules César, La guerre des gaules, VII, 32 : ...]"il y en avait en ce moment deux qui se disaient l'un et l'autre nommés suivant les lois. L'un était Convictolitavis, jeune homme d'une naissance illustre ; l'autre, Cotos, issu d'une très ancienne famille, très puissant par lui-même et par ses grandes alliances ; son frère Valentiacos avait, l'année précédente, rempli la même magistrature. Toute la nation était en armes, le sénat partagé, le peuple divisé, chacun à la tête de ses clients. Si ce différend se prolongeait, la guerre civile était imminente, malheur que préviendraient la promptitude et l'autorité de César".

Jules César, La guerre des gaules, VII, 33 : "Comme les lois des Héduens ne permettaient pas au souverain magistrat de sortir du territoire, César, ne voulant paraître enfreindre en rien ni leur droit ni leurs lois, prit le parti d'aller lui-même dans leur pays, et cita devant lui, à Decetia, tout le sénat et les deux prétendants. Presque toute la cité s'y rassembla ; il apprit de quelques personnes appelées en secret, que le frère avait proclamé son frère, dans un temps et dans un lieu contraires aux institutions ; les lois défendaient non seulement de créer magistrats, mais même d'admettre dans le sénat deux personnes de la même famille, du vivant de l'une ou de l'autre".

Jules César, La guerre des gaules, I, 4 : "Les citoyens, indignés de cette conduite, voulaient maintenir leur droit par les armes, et les magistrats rassemblaient la population des campagnes, lorsque Orgetorix mourut".


IV. - Les vergobrets connus au travers les Commentaires de la Guerre des Gaules de César

Chez les Eduens

Vers 65 - 60 av. J.-C. -> Dumnorix
En 58 av. J.-C. -> Liscos
En 53 av. J.-C. -> Valetiacos
En 52 av. J.-C. -> Cotos et Convictolitavis

Chez les Trévires

En 54 av. J.-C. -> Indutiomaros et Cingetorix
En 53 av. J.-C. -> Cingetorix

Chez les Rèmes

En 51 av. J.-C. -> Vertiscos

Chez les Arvernes

Vers 70-65 av. J.-C. -> Celtillos ?
En 51 av. J.-C. -> Epasnactos ?

V. - Le maintien de cette fonction à l'époque romaine

Nous savons grâce à un certain nombre d'indices que cette magistrature existait encore après la conquête romaine.

- Monnaie des Léxoviens émise entre 50 et 40 av. J.-C. (Cab. des médailles, LT.7159 - BN.7159-7165 - ABT.229 - RIG.226 - Sch/L.848-850) -
avers: PVBLICOS LIXOVIO SIMISSOS
"Semis public des Léxoviens"
revers: CISIAMBOS CATTOS VERCOBRETO
"Cisiambos, fils de Cattos, vergobret"

- Graffite d'Argenton-sur-Creuse (AE 1981, 643) -
VERCOBRETOS READDAS

- Inscription du Puy (CIL 13, 1579) (douteux) -
DVBNOCVS VER[GOBRETVS ? ou VER[?F.] ?
"Dubnocus, vergobret" ou "Dubnocus, fils de Ver[..."

- Inscription de Limoges (AE 1989, 521) -
POSTVMVS DV[M]NORIGIS F(ILIVS) VERG(OBRETVS) AQVAM MARTIAM DECAMNOCTIACIS GRANNI D(E) S(VA) P(ECVNIA) D(EDIT)
"Postumus fils de Dumnorix, vergobret, les eaux de (la fontaine de)Mars, au cours des des dix nuits de Grannos, à ses propres frais"

- Amphithéâtre de Saintes (CIL 13, 1038) (douteux)-
[V]ER[G]OBR[ETVS]

- Inscription de Saintes (CIL 13, 1048) -
C(AIO) IVLIO C(AI) IVLI RICOVERIVGI F(ILIO) VOL(TINIA) MARINO [FLAMINI] [AVGVS]TALI PRIMO C(VRATORI) C(IVIVM) R(OMANORVM) QVAESTORI VER[GOBRETO] IVLIA MARINA FILIA [POSVIT?]
"A Caius Iulius Marinus, fils de Ricoveriugus, de la tribu Voltinia, premier flamine augustal, curateur des citoyens romains, questeur et vergobret, Marina, sa fille"


Sources:
  • V. Kruta, Les Celtes - Histoire et dictionnaire, Laffont, Paris, 2000
  • M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier, Cités, Municipes, Colonies : Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le haut Empire romain, Publications de la Sorbonne, 1999
  • Pierre Crombet pour l'Arbre Celtique
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    britu- (jugement / pensée) [ mots et étymons de la langue gauloise : divers ]
    Cattos (Léxoves) [ personnages sur légendes monétaires ]
    Celtillos / Celtill [ Les personnages historiques ]
    Cingetorix (Trèvire) [ Les personnages historiques ]
    Cisiambos [ personnages sur légendes monétaires ]
    Convictolitavis [ Les personnages historiques ]
    Cotos [ Les personnages historiques ]
    decamnoctiacis granni : (fête des dix nuits de Grannus) [ mots et étymons de la langue gauloise : calendrier / fêtes / temps ]
    Dubnocus [ personnages sur inscriptions (de Dacotoutus à Durnos) ]
    Dumnorix / Dubnorix [ Les personnages historiques ]
    Eduens / Héduens / Ardyens [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    Epasnactos [ Les personnages historiques ]
    Indutiomaros (Trévire) [ Les personnages historiques ]
    inscription votive d'Argenton-sur-Creuse (1) (L') [ Les inscriptions gallo-latines (Ier s. av. J.-C. - IVe s. ap. J.-C.) ]
    Liscos [ Les personnages historiques ]
    Postumus [ personnages sur inscriptions (de Panturus à Postumus) ]
    Ricoveriugus [ personnages sur inscriptions (de Rantillus à Rutenus) ]
    Valetiacos [ Les personnages historiques ]
    ver- / vero-: (grand / très grand) [ mots et étymons de la langue gauloise : défauts et qualités ]
    vergo- / verco- : (actif) [ mots et étymons de la langue gauloise : défauts et qualités ]
    vergobretos : (magistrat, juge) [ mots et étymons de la langue gauloise : fonctions ]
    Vertiscos [ Les personnages historiques ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurrôles et fonctions
    Vers la fiche précédenteroi (Le)
    Vers la fiche suivanteargantodannos / arcantodannos / argantocomaretecus / arkantokomaterokos
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page société



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2018 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)