Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne :
aujourd'hui :
au total :

Annonces



Vous êtes dans Encyclopédie de l'Arbre Celtique > Histoire des Gallo-romains [-51:?] / révolte de Julius Sacrovir et de Julius Florus [21] / bataille d'Augustodunum [21]
Retour
Encyclopédie Celtique

La bataille d'Augustodunum [21]

La bataille d’Augustodunum (21 ap. J.-C.)

Après avoir saccagé le territoire des Séquanes, Caius Silius fit avancer ses auxiliaires gaulois et ses deux légions jusqu’aux abords d’Augustodunum (Autun). A 12 milles de cette ville (17,7 kilomètres), ils trouvèrent les 40000 hommes réunis par Iulius Sacrovirus en ordre de bataille : placés en première ligne, les crupellaires avaient sur leurs flancs les deux cohortes régulières ayant participé à l’insurrection. Les civils non-aguerris et mal-équipés ne furent pas directement exposés, mais disposés plus en arrière. Selon Tacite, bien que supérieures en nombre, les troupes de Iulius Sacrovirus, conscientes de leur inexpérience, appréhendaient l’affrontement à venir au point qu'elles ne se montrèrent que peu enthousiastes lorsque leur chef prononçait ses harangues (Annales, III, 45-46). A l’inverse, les exhortations de Caius Silius donnèrent confiance aux forces romaines qui s’élancèrent (Annales, III, 46).

Les cohortes régulières des insurgés n’offrirent qu’une piètre résistance à la cavalerie de Caius Silius, tandis qu’opposés aux fantassins, les crupellaires ne parvinrent à tenir leurs qu’un peu plus longtemps. Face à ce désastre, Iulius Sacrovirus parvint à regagner Augustodunum. Entouré de ses fidèles, il quitta finalement la ville pour une maison située à proximité. Là, les principaux conjurés mirent fin à leurs jours.

Tacite, Annales, III, 45 : "Bientôt il marche à grandes journées sur Augustodunum : les porte-enseigne disputaient de vitesse ; le soldat impatient ne voulait ni du repos accoutumé, ni des longues haltes de la nuit : « qu'il vît seulement l'ennemi, qu'il en fût aperçu, c'était assez pour vaincre ». À douze milles d'Augustodunum, on découvrit dans une plaine les troupes de Sacrovir. Il avait mis en première ligne ses hommes bardés de fer, ses cohortes sur les flancs, et par derrière des bandes à moitié armées. Lui-même, entouré des principaux chefs, parcourait les rangs sur un cheval superbe, rappelant les anciennes gloires des Gaulois, les coups terribles qu'ils avaient portés aux Romains, combien la liberté serait belle après la victoire, mais combien, deux fois subjugués, leur servitude serait plus accablante."

Tacite, Annales, III, 46 : "Il parla peu de temps et fut écouté avec peu d'enthousiasme : nos légions s'avançaient en bataille, et cette multitude sans discipline et sans expérience de la guerre ne pouvait plus rien voir ni rien entendre. De son côté Silius, à qui l'assurance du succès permettait de supprimer les exhortations, s'écriait cependant « qu'un ennemi comme les Gaulois devait faire honte aux conquérants de la Germanie. Une cohorte vient d'écraser le Turonien rebelle ; une aile de cavalerie a réduit les Trévires, et quelques escadrons de notre armée ont battu les Séquanes : plus riches et plus adonnés aux plaisirs, les Éduens sont encore moins redoutables. Vous êtes vainqueurs ; songez à poursuivre ». L'armée répond par un cri de guerre. La cavalerie investit les flancs de l'ennemi, l'infanterie attaque le front. Il n'y eut point de résistance sur les ailes ; mais les hommes de fer, dont l'armure était à l'épreuve de l'épée et du javelot, tinrent quelques instants. Alors le soldat, saisissant la hache et la cognée comme s'il voulait faire brèche à une muraille, fend l'armure et le corps qu'elle enveloppe ; d'autres, avec des leviers ou des fourches, renversent ces masses inertes, qui restaient gisantes comme des cadavres, sans faire aucun effort pour se relever. Sacrovir se retira d'abord à Augustodunum ; ensuite, craignant d'être livré, il se rendit, avec les plus fidèles de ses amis, à une maison de campagne voisine. Là il se tua de sa propre main : les autres s'ôtèrent mutuellement la vie ; et la maison, à laquelle ils avaient mis le feu, leur servit à tous de bûcher."

Caius Silius ravage le territoire des Séquanes (21 ap. J.-C.) La révolte de Julius Sacrovir et de Julius Florus (21 ap. J.-C.)


Sources:
  • Julien Quiret pour l'Arbre Celtique

  • Autres fiches en rapport

    Attention
    Ceci est une ancienne version de l'encyclopédie de l'arbre celtique.
    Les liens ci-dessous, vous améneront vers la nouvelle version,
    complétement "relookée" intégrant une navigation plus aisée.


    Annales [Tacite] [ ouvrages antiques & anciens ]
    Augustodunum (Autun) [ villes gauloises & gallo-romaines [de Aballo à Axima] ]
    Caius Silius ravage le territoire des Séquanes [21] [ La révolte de Julius Sacrovir et de Julius Florus [21] ]
    Eduens / Héduens / Ardyens Fiche récemment créée ou modifiée [ Les peuples de Gaule Celtique ]
    Julius Sacrovir soulève les Éduens [21] [ La révolte de Julius Sacrovir et de Julius Florus [21] ]
    Sacrovirus (Iulius) [ Les personnages historiques ]
    suicide [ société ]
    Tacite [ auteurs antiques et anciens ]
    Navigation
    Vers le niveau supérieurrévolte de Julius Sacrovir et de Julius Florus [21] (La)
    Vers la fiche précédenteCaius Silius ravage le territoire des Séquanes [21]
     Rechercher:   (N.B. : Eviter les pluriels)


     Hyper thème:  


    Retour à la page Histoire des Gallo-romains [-51:?]



    Haut de page


    www.arbre-celtique.com
    Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


    IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
    Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2019 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)